• A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    UN TERRITOIRE D’EAU Le Loc’h, long de 45 km, et le Sal, long de 25 km, prennent respectivement leur source sur les communes de Plaudren au nord du village de «Guernevé» (altitude d’environ 137 m) et de Grand-Champ au nord du village du « Moustoir des fleurs » (altitude d’environ 96 m). L’association de leurs bassins versants couvre une surface d’environ 350 km² (235 km² pour le Loc’h et 115 km² pour le Sal) à laquelle s’ajoute la surface du bassin versant de la rivière d’Auray de 45 km² soit une surface totale de 395 km². Le point culminant du bassin versant est de 176 m et se situe au Nord de Brandivy, sur la commune de Moustoirac à proximité du village de « Kerigo ». Le Loc’h rencontre un relief très varié tout au long de son parcours, tandis que le relief rencontré par le Sal est moins accidenté: les pentes inférieures à 3% couvrent la moitié de son bassin versant. Ces bassins versants ont été très remaniés au cours du temps, notamment à des fins de valorisation des terres agricoles. Durant les années 60-70, d’importantes opérations de drainage ont été effectuées. Ces travaux ont entrainé un recalibrage et un reprofilage de portions de cours d’eau (14 km sur le cours principal du Loc’h, partie amont). Ainsi, une succession de 7 vannages à clapets semi-automatiques a été mise en place, afin d’une part, de limiter l’extension latérale du lit de la rivière et, d’autre part, de constituer des réserves d’eau en période d’étiage. Par ailleurs, de nombreux moulins sur le bassin versant, dont 8 sur le cours principal du Loc’h. Ces bassins versants comportent deux retenues d’eau dédiées à l’alimentation en eau potable (retenue de Tréauray 25 ha et retenue de Pont Sal 8ha), ainsi que des étangs à usage récréatif (Étang de la Forêt 11ha).

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Ici à la place de la source un vannage

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Entrer dans le lit de la rivière à sec

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Une résurgence le Sal sort de terre

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Partager le lit avec la rivière

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

     

    Avant de m'aventurer j'avais demandé à un riverain des renseignements la rivière passe le long de son terrain avant d'entrer dans le village (voir la première photo)

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

     

    le lavoir du village recoit les eaux du Sal

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

     

    Un petit tour dans le village avant de continuer mes investigations

    La Croix des chemins

    La croix était érigée sur l'ancien chemin Hent Conan (Grand Chemin). Elle a été déplacée en 1914, lors de l'aménagement de la route.

    La croix de chemin du Moustoir-des-Fleurs fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 23 mai 1927

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

     

    La chapelle du Moustoir

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Et derrière un bel espace floral et bucolique

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Sur le chemin qui mène à la source

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Une statue nichée dans le mur d'une maison

    A la recherche de la source su Sal (rivière du Bono)

    Et son puits attenant

    A bientôt pour mes périgrinations

     


    12 commentaires
  • Dimanche c'est chat

    Bonjour Miaou

    Je prend le soleil en regardant les travaux devant chez moi. Mounette a eu la gentillesse d'ouvrir la porte côté cour car côté jardin je connais.

    Dimanche c'est chat

    Et regardez qui me vole la vedette pendant que je me promène.

    Beau merle 

    Dimanche c'est chat

    Scoop de dernière minute ... hier Mounette voulait que je jardine

    Dimanche c'est chat

    J'ai préféré faire la sieste

    Dimanche matin Mounette vient de rentrer on va aller se coucher.

    A bientôt Miaou miaou

     


    13 commentaires
  • Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    On se sent breton quand ce ciel est merveilleux

    Port Blanc - Baden avec au fond le sentier côtier qui mène à la pointe d'Arradon sur le Golfe

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    Alors nous le prenons à la rencontre du châtaignier remarquable

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    La tempête l'a mutilé lui brisant une grosse branche

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    Majestueux

    Pensez à l'énergie qu'il lui faut pour faire monter sa sève jusqu'aux branchioles et faire pousser ses feuilles. Respect

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    Quand tout devient obsolète en peu de temps imaginez le temps qu'il lui a fallu pour en arriver là 

    Et ce n'est pas en Asie mais en Bretagne au bord du Golfe du Morbihan

    Il a dû en voir des bretons et autres passer et l'admirer

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    ...

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    L'aubépine embellit le grand arbre 

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    L'Île aux Moines sur la droite - Vannes au fond du Golfe et Arradon sur la gauche

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    La SNSM 277 du Golfe avec la vedette qui fait la navette entre l'Île aux Moines et Port Blanc (15mn)

    -*-*-*-*-*-*-

    Nous reprenons la voiture pour Larmor-Baden

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    Devant le passage qui à marée basse permet d'aller à l'Île Berder et d'en faire le tour l'île étant privée (Groupe Giboire)

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    La chaussée immergée

    Florilège de mes escapades en famille (3)

    L'île Berder

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    l'île de Gavrinis avec un peu de bleu

    Florilège de mes escapades en famille (3)

     

    Et le soleil qui nous fait un clin d'oeil

    Fin des galopades 

    A bientôt pour de nouvelles aventures

     


    19 commentaires
  • Florilège de mes escapades en famille (2)

    Bien sûr mes invités connaissent Quiberon mais pas l'Arche de Port Blanc à Portivy ...

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Au départ de Portivy à droite les plages d'Erdeven

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    La côte sauvage 

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Prendre l'escalier qui mène à la plage

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Aller au pied  de l'arche pour voir la pointe du Percho 

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    L'océan bouillonne

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    ...

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    ...

    Florilège de mes escapades en famille (2)

     

    Falaise

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Reprendre la voiture pour aller à Port Maria

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Le château Turpault à Quiberon restauré

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Florilège de mes escapades en famille (2)

     

    En face Belle-Île en Mer

    -*-*-*-*-*-*-*-

    Le 1er mai après un repas en convivialité et famille 

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    Nous allons faire un retour en nostalgie à l'étang de la forêt de Brandivy (Morbihan)

    Florilège de mes escapades en famille (2)

    La pluie nous y accompagnera

    Curieusement se sera notre seule pluie de la semaine 

    Encore une petite balade à venir


    18 commentaires
  •  

    Dimanche c'est chat

    Le copain d'Ondine vient la chercher pour jouer mais où est donc Ondine

    Dimanche c'est chat

    Ondine voit son copain sur le muret et demande à sortir. Les voilà face à face. ils resteront un bon moment sans bouger alors c'est moi qui bouge. Plus tard je les verrais se courrir après sur la place. Les photos sont rares.

    -*-*-*-*-*-*-*-*-* 

    Je vais vous parler de l'Orgue de l'église Saint-Guignier de Pluvigner

    Dimanche c'est chat

    J'y ai amené mes invités photos du 03/05/2019

    Quand je suis arrivée à Pluvigner en 08/2014 ville des mes racines maternelles on m'a parlé de ce projet

    Dimanche c'est chat

     Photo prise le 10/03/2018

    12/12/2014

    Après avoir réalisé une cinquantaine de chefs-d'oeuvre en France et en Allemagne, Rémy Malher s'apprête à ajouter celui de l'église Saint-Guigner. Depuis près de trois ans, il mobilise tout son savoir-faire pour réaliser un instrument dans l'esprit esthétique de la belle tradition baroque allemande.

    Trois claviers, 56 notes

    Ces dernières semaines, l'artisan s'est presque uniquement concentré sur les claviers, au nombre de trois. « L'orgue, c'est comme une cuisine avec des étagères, explique-t-il. Chacune correspond à un clavier. » Et à chaque niveau, la mécanique de notes est minutieusement installée. Comme dans presque tous les orgues allemands historiques, elle est réalisée avec des bras en cormier, un bois très dur. Pour les abrégés, « aucun axe n'est garni de feutre pour éviter les problèmes liés à l'usure », précise Rémy. Au final, l'étendue des claviers sera de 56 notes.

    Artisan et maître d'oeuvre

    Quand on a la chance de passer un peu de temps sur le chantier, on se rend très vite compte de la liberté créative qui anime Rémy Malher. « C'est le premier orgue dont je suis le maître d'oeuvre », répète-t-il avec un soupir qui en dit long. Ce « chef de chantier » a été remplacé par une collaboration très étroite avec Mickaël Gaboriau, l'organiste de Sainte-Anne-d'Auray. Ensemble, ils ont établi un cahier des charges très précis, qui laisse suffisamment de latitude au concepteur. « J'avais des idées musicales et je connaissais les instruments de Rémy », détaille Mickaël. Il passe régulièrement pour échanger sur l'avancée des travaux.

    Comme il y a 300 ans

    « C'est une vraie aventure humaine », affirme l'organiste. Énoncée au pied du monstre de 8,80 m, la parole prend toute sa valeur. Le génie de Rémy Malher est passé par là. « On a la chance de voir travailler un artisan comme il y a 300 ans », insiste Mickaël. Pour la tuyauterie de métal, les feuilles coulées d'épaisseur sont uniquement martelées. Avec le laminage à froid, ce sont des techniques ancestrales, « disparues depuis le XIXe siècle », déplore Rémy. Dans les jeux placés en façade, on trouve des alliages à 87 % d'étain, comme avec les facteurs d'orgue baroques. Les bois utilisés ont parfois plus de 50 ans de séchage naturel. Contrairement à la tendance actuelle, « ici, ce sera un objet de valeur », tranche l'artisan.

    Culte, cours et concerts

    L'instrument qui est en cours de montage est appelé à un bel avenir car « le lieu est bon », martèle Rémy Malher. Il servira pour le culte : un premier clavier pour soutenir le chant du célébrant, deux autres pour accompagner les réponses de l'assemblée. Doté d'une très large palette sonore, l'orgue pourra servir pour des concerts. Le Centre de musique sacrée de Sainte-Anne-d'Auray envisage de donner des cours sur cet instrument. C'est pour cela que les techniques employées par Rémy Malher obéissent toutes à la loi de la fiabilité. Nul besoin d'attestations en tous genres. Les garants de cette fiabilité, ce sont ses mains. « Cet orgue, c'est l'apothéose de ma carrière », assure le génial facteur d'orgues. Premières notes attendues pour Noël.

    Dimanche c'est chat

     

    22/02/2015

    Depuis deux semaines, le chantier de l’orgue est mené par David Capbern. Derrière un minois un peu frêle se cache un ouvrier aussi passionné que redoutable d’efficacité. 

    La présence de David Capbern au pied de l’orgue de Saint-Guigner est le fruit du plus grand des hasards. Après trois années passées avec les Compagnons du tour de France comme apprenti ébéniste, le Girondin est arrivé à Strasbourg. "Je cherchais du travail ", rappelle-t-il. C’est à ce moment que Rémy Mahler, le créateur et maître d’œuvre de l’orgue pluvignois, cherchait quelqu’un pour l’épauler. La première rencontre sera la bonne. "J’ai arrêté les Compagnons pour faire ce projet où j’étais déjà intervenu"

    Samedi après-midi en préambule aux voeux du maire, une centaine de personnes se sont réunies en l'église Saint-Guigner pour écouter un test de l'orgue réalisé par Mickaël Gaborieau, co-titulaire des orgues de la basilique de Sainte-Anne d'Auray et professeur à l'Académie de Sainte-Anne, en présence de Gérard Pillet et du facteur d'orgue Remy Mahler.

    Dimanche c'est chat

      

    15/01/2018

    Inauguration officielle en septembre

    « Certains l'appelaient l'Arlésienne ou le serpent de mer, explique le maire, dû au grand retard qu'a pris le chantier. Mais une oeuvre d'art cela se mérite et Mickaël n'hésite pas à comparer le facteur d'orgue à Michel Ange ou Léonard de Vinci ». « Si Pluvigner a de belles infrastructures sportives, jamais elles ne pourront accueillir un match de première division, par contre l'orgue sera un instrument qui fera partie de l'élite mondiale », insiste de son côté Mickaël. En effet, lorsque 40 tuyaux sur les 2.200 que compte l'instrument, ont commencé a sonné, un sentiment d'émotion a tout de suite été ressenti dans l'église. La donatrice, Jeanne Rosnarho, sans qui l'orgue n'existerait pas, aurait été fière et heureuse. Ce test est appelé « le Principal », explique l'artiste, c'est à partir de cela que l'on va accorder l'ensemble de l'instrument. Le public a pu monter voir de prêt le coeur de l'instrument et échanger avec Rémy et Mickaël. On attend avec impatience l'inauguration officielle qui devrait avoir lieu en septembre prochain.

    © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/morbihan/pluvigner/orgue-un-premier-test-emouvant-15-01-2018-11813695.php#DgilXzIHZ285TKVe.99

    Dimanche c'est chat

     

    A ce jour il n'est toujours pas terminé

    Promis le jour de l'inauguration je prend des photos et fais une vidéo pour vous le faire entendre

    A moins que cela tarde et que dans la précipitation je n'ai pas la patience d'attendre alors je le ferais jouer pour mon dernier voyage.

    L'église est à un jet de pierre de chez moi les oreilles d'Ondine frémiront


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires