• Le lierre

    Émile VERHAEREN
    1855 - 1916

    Le lierre

    Lorsque la pourpre et l'or d'arbre en arbre festonnent
    Les feuillages lassés de soleil irritant,
    Sous la futaie, au ras du sol, rampe et s'étend
    Le lierre humide et bleu dans les couches d'automne.

    Il s'y tasse comme une épargne ; il se recueille
    Au coeur de la forêt comme en un terrain clos,
    Laissant le froid givrer ses ondoyants îlots
    Disséminés au loin sur une mer de feuilles.
     
    Pour le passant distrait il boude et il décline
    Le régulier effort des oeuvres et des jours ;
    Pourtant seul sous la terre il allonge toujours
    Le tortueux réseau de ses courbes racines.

    Le lierre

    Le lierre

    Sa force est ténébreuse et ne se montre pas :
    Elle est faite de volonté tenace et sourde
    Qui troue en s'y cachant tantôt l'argile lourde,
    Tantôt le sable dur, tantôt le limon gras.

    D'après le sol changeant il ruse ou bien s'exalte,
    Il se prouve rapide ou lent, brusque ou sournois ;
    Son chemin tour à tour est sinueux ou droit ;
    Il connaît le détour, mais ignore la halte.

    Et, dès le printemps clair, si quelque tronc ardent
    Etage auprès de lui ses branches graduées,
    Vite il l'assaille et mord son écorce embriquée
    Avec l'acharnement d'un million de dents.

    Le lierre

    Le lierre

    Humble et caché jadis sous la terre âpre et nue,
    Son travail aujourd'hui se fait dominateur,
    Il s'adjuge l'élan et bientôt la hauteur
    De l'arbre qu'il étreint pour monter jusqu'aux nues.

    Il frémit de lumière et s'exalte de vent,
    Sa force est devenue ardente et fraternelle,
    Son feuillage léger comme un vêtement d'ailes
    Le soulève, le porte et le pousse en avant.

    Chaque rameau conquis lui est support et proie ;
    Pourtant, ayant appris sous terre à se dompter
    Au point de ne lâcher jamais sa volonté,
    Il est si sûr de lui qu'il domine sa joie.

    Le lierre

    Le lierre

    Toujours il tord à point sa multiple vigueur,
    Fibres après fibres, au creux des moindres fentes,
    Et n'écoute qu'au soir tombant les brises lentes
    Chanter en lui et l'émouvoir de leurs rumeurs.

    Et quand toute son oeuvre un jour sera parfaite
    Et qu'il ne sera plus qu'un végétal brasier
    Serrant en son feuillage un arbre tout entier,
    Immensément, depuis les pieds jusqu'à la tête,

    Il voudra plus encore et ses plus fins réseaux
    N'ayant plus de soutiens s'élanceront quand même,
    Dieu sait dans quel élan de conquête suprême,
    Vers le vide et l'espace et la clarté d'en haut.

    Le lierre

    Déjà l'automne aura mêlé l'or et la lie
    Au funéraire arroi qui précède l'hiver
    Que lui, lierre touffu, compact et encor vert,
    Jusqu'au vol des oiseaux dardera sa folie.

    Alors, plus libre et clair que ne l'est la forêt,
    Il oubliera gaiement qu'il lui est tributaire,
    Mais qu'il boive un instant la plus haute lumière,
    Qu'importe qu'il s'affaisse et qu'il retombe après !

    **********

    S'il est une plante qui fait l'objet de tonnes d'idées reçues, c'est bien le lierre grimpant ou Hedera helix. Tout semble avoir commencé avec Pline l'Ancien durant le premier siècle après Jean-Claude qui ne voyait dans cette charmante grimpante qu'une destructrice de murs et d'arbres, allant jusqu'à le qualifier de « bourreau des arbres ».

    Il devait sans aucun doute être mal luné le jour où il a pondu ces idioties... car, je vous l'assure, le lierre, cette belle plante grimpante indigène ne mérite pas cette ire, ce rejet catégorique.

    Ensemble, tordons donc le cou à 5 idées reçues sur le lierre https://www.promessedefleurs.com/conseil-plantes-jardin/blog/5-idees-recues-sur-le-lierre?fbclid=IwAR3-uzPX0Kcz30Uia1C5EZ

     J'espère que le lierre ne sera plus pour vous un nuisible Je vous souhaite de bonnes fêtes de Pâques Prenez soin de vous
     

    12 commentaires
  • Sur le halage le long du Blavet (2)

    Continuons le chemin en compagnie de canards

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Des canards zoomés

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Belle cascade au bout du tunnel 

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Amusant cette collection de bouteilles

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Ecluse de Boterneau

    Sur la gauche l'usine à papier

    L'usine de papeterie de Saint-Rivalain est fondée par la famille Lemoine en 1874, face à l'écluse n°13 de Boterneau, au confluent du Blavet et de la Sarre. La matière première utilisée alors est la paille ainsi que des papiers usagés : on y fabrique des papiers d'emballage gris et bruns servant à envelopper les denrées alimentaires. Ce papier sera vite supplanté par le papier kraft, puis le plastique. Charles Lemoine, le fondateur, décède en 1888 et sin fils, Ernest, lui succède. Il fait bâtir une cité ouvrière le long de la route menant au bourg (maisons en L), une cantine, une école publique.

    L'usine ferme ses portes en juin 1959, remplacée par l'usine Texon en 1961, devenue Axhom en 1987. La cité créée autour de l'ancienne usine à papier par Ernest Lemoine est détruite pour servir de parking à l'actuelle usine. D

    epuis 2001, l'entreprise est reprise par la société Lydall : elle reçoit des fibres en vrac et les transforme en une sorte de papier (buvard) blanc en rouleaux de centaines de mètres de longueur, utilisé pour produire des filtres à air pour les blocs opératoires, la micro-électrique, les aspirateurs, l'aviation...

    Une coopération franco-américaine

    La maison d'Ernest Lemoine" Le Château de Claire-Lande "qui dominait la cité fût démontée en 1971 pour être remontée dans les Côtes d'Armor.

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    La mare au diable ... de l'autre côté du chemin de halage

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sans dessus dessous

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Contre-jour

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Nous sommes presque à notre point de départ

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    presque 2 heures plus tôt

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    De l'aitre côté du chemin du halage un alignement d'arbres prennent un bain de racines

    Voilà pour cette rando samedi 06 février

    A bientôt 


    11 commentaires
  • Sur le halage le long du Blavet

    Ecluse de Talhouët

    Sur le halage le long du Blavet

    Maison d'éclusier construite après la mise en service du canal entre 1827 et la seconde mise en eau en 1865. Les maisons éclusières ne sont pas toujours mentionnées sur le premier cadastre et furent sans doute réalisées après 1850. L'usine électrique construite en 1934 (date portée) de l'autre côté de la berge du Blavet utilise l'énergie hydraulique générée par la chute d'eau.

    Sur le halage le long du Blavet

    L'usine électrique

    Sur le halage le long du Blavet

    Beaux reflets

    Sur le halage le long du Blavet

    Si vous ne voyez pas de monde sur mes photos c'est que je ne prend pas les gens

    Sur le halage le long du Blavet

    Belle oie zoomée

    Sur le halage le long du Blavet

    S'approcher mais pas trop

    Sur le halage le long du Blavet

    Belle ramure

    Sur le halage le long du Blavet

    Laisser l'ombre se désaltérer

    Sur le halage le long du Blavet

    Ecluse de Tréblavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Maison d'éclusier construite après la mise en service du canal entre 1830 et la surélévation du niveau d'eau en 1865. Les maisons éclusières ne sont pas toujours mentionnées sur le premier cadastre et furent sans doute réalisées après 1850.

    Cette maison de série est conçue selon un modèle unique, exemple d'architecture stéréotypée, initié par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. Des maisons identiques sont construites sur les écluses du Blavet (voir Talhouet également en Saint-Barthélemy).

    Sur le halage le long du Blavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Il y a un cormoran dans l'arbre j'en verrais 3 s'envoler

    Sur le halage le long du Blavet

    Je vous laisse là les chercher. Leur couleur noire se confond avec les ramures

    A bientôt pour la suite


    10 commentaires
  • Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Vendredi je prend ma voiture pour marcher à Locmariaquer (Morbihan Bretagne France Europe Monde)

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Cour de récréation

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Tout le long du sentier je rencontre des entreprises ostréïcoles

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Le ciel prend un petit bain

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Si vous voulez aller dans la belle maison en face à pied il vous faudra faire 170 km où demandez à ostréiculteur de vous y amener à la rame.

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Ou alors asseyez vous sur ce banc palette et prenez l'air iodé

    ...

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Le moulin à marée de Kerrouarch

    Si vous voulez en savoir plus ...

    http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/moulin-a-maree-de-kerguoch-actuellement-habitation-carnac/750c1224-10bc-

    Et là je fais demi-tour

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Baignade

     

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Un jour j'espère nous pourrons déguster

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Sur le trajet ici où là des arbres de mimosa

    Locmariaquer sur le sentier côtier le long du Golfe

    Le printemps frémit

    Il est temps de rentrer !!!!

    Je retrouve ma féline un peu patraque mais elle vous a raconté

    A bientôt pour d'autres aventures


    7 commentaires
  • Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Toujours grimpée sur le rocher je contemple (et je n'ai pas 40 siècles) les vagues qui veulent m'avaler mais seuls les embruns m'atteignent ce qui n'est pas du goût de mon APN beaucoup de photos inutilisables

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

     

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Vu d'en haut ce n'est pas spectaculaire mais ...

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Le petit rocher disparait peu à peu

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Saoulée je prend le chemin du retour

    Je reviendrais une autre fois prendre un bain moussant

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Ou un bain mais un peu frais

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Le ciel lui ne craint pas

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Un coup d'oeil à l'horizon

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Mais où est passée l'île de Groix

    Submergée engloutie avalée

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Même la mouette la cherche

    Le temps bruinasse

    Il est temps de rentrer

    La faim aussi taquine mon estomac

    Dernier jour de janvier sur le sentier côtier de Lomener à Kerroch(Morbihan) (fin)

    Retour à Lomener

    Transformer le transformateur ...

    Je retrouve ma voiture

    Le trajet de retour se fait sous la pluie

    Arrivée à la maison un peu plus de 14h

    Quya est devant la porte et me miaule que c'est pas une heure raisonnable

    Et nous nous précipitons toutes les deux à la gamelle

    A bientôt pour de nouvelles aventures


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique