• Mon voyage à Paris (suite)

    Avec Raymonde nous avons repris le métro et sommes parties chacune de notre côté

    Morgane m'attend à la sortie du métro et nous prenons une petite rue en escalier.

    Bien sûr je ne pouvais pas manquer ce chat

    Mon voyage à Paris (suite)

    Ni celui-là je vous présente Chafoin

    Après une bonne nuit où je ferais sortir et entrer monsieur chat au petit matin qui va faire son tour sur la terrasse,

    Puis nous allons au marché et déjeunons avant de partir pour l'atelier de Morgane à Montreuil

    Mon voyage à Paris (suite)

    Mon voyage à Paris (suite)

    Mon voyage à Paris (suite)

    Quelques unes de ses oeuvres

    http://www.morganeporcheron.com/a_propos.html

    Si son cursus vous intéresse suivez le lien

    ******

    Morgane expose en ce moment au Centre Tignous d'art contemporain de Montreuil

    Mon voyage à Paris (suite)

    Montreuil, nous voici au seuil d’un voyage dont on ne sait s’il est sur le point de débuter ou de s’achever. J’ai démêlé pour vous les premiers fils de cet itinéraire. De Lille à Beyrouth, de Nairobi à Bages, de Mexico à Strasbourg, en passant par Marseille, Milan, la Bretagne, le Limousin ou les Vosges, les routes et les rencontres furent l’occasion de nouvelles métamorphoses. Initiée par l’atelier montreuillois Le Midi, l’exposition Format cabine nous plonge dans les méandres d’un voyage qui se déploie selon la logique de son contenant : soit une valise de 55 x 35 x 20 cm. Modèle standard, s’il en est, la boîte prend en charge la logistique et les préoccupations des artistes. Elle conte des récits mosaïques depuis des points de vue multiples, comme des bulles de savon virevoltantes qui s’effleurent, se jouxtent, s’interpénètrent, puis ne font qu’une, avant d’éclater.

    Tramées de souvenirs, d’anecdotes et de sensations diffuses, ces boîtes à l’image du monde contemporain se détraquent, puis se recomposent constamment. Des mondes dans des mondes dans des mondes s’imbriquent.

    En se logeant dans un contenant, dont le statut renvoie autant au trafic globalisé qu’au tourisme de masse, à l’imaginaire de l’expédition qu’à l’empreinte carbone, au désir d’improduction qu’à l’oisiveté, les œuvres embarquent au cœur de formes de normalisation qui, d’ordinaire, compriment et conjurent les existences déclassées de la raison occidentale. Ouvrant le ventre des « boîtes noires » comme celle de Pandore, les artistes tentent la tumultueuse traversée du miroir. 
    Au fil d’hallucinations individuelles et collectives, les artistes multiplient les focales non pour faire varier les perspectives sur un même monde, mais pour multiplier les mondes à partir de chaque bulle. Format cabine est à l’image de ces mots-valises qui font bégayer la logique en empaquetant plusieurs sens en un seul.

    Mon voyage à Paris (suite)

    Profitant de vacances de voyages en char à Vannes je me suis escapadée à Paris avec pour but principal : Voir son expo et ses lieux de vie

    Bien sûr aller rendre visite à mon amie Raymonde qui m’accueille toujours en grande amitié

    Mon voyage à Paris (suite)

    Une moitié de valise colonisée par les plantes aromatiques sur la terre

    Mon voyage à Paris (suite)

    Morgane suit l'évolution de son oeuvre qui se délite sous les intempéries

    Mon voyage à Paris (suite)

    Détail de son travail en terre crue

    Mon voyage à Paris (suite)

    L'autre moitié de la valise

    Imaginez là en forêt sur un terre plein

    Elle se désagrège a perdu une roulette est entourée de détritus comme on en voit souvent dans nos beaux espaces arborés

    Mon voyage à Paris (suite)

    Le vent a tracé un couloir

    Mon voyage à Paris (suite)

    Des petites plantes poussent au milieu des détritus (en terre crue)

    Mon voyage à Paris (suite)

    Retour sur la première moitié de valise. La pluie crée une jolie scène en reflets

    La valise abandonnée aux assauts de dame nature fait aussi parallèle à celle offerte par sa maman pour son premier voyage partant de Lyon

    Est-ce pour les beaux-arts de Toulouse ou ceux de Paris

    Pour ses voyages en résidence à Shanghai où dans le Yucatán en Chine ?

     

    Petit texte que j'ai écrit pour l'occasion

    Grandies au jardin des Fées Feuilles

    Dans le Morbihan en Bretagne

    Au jardin éphémère de Morgane

    Jardin nomade qui nous accueille

    Plantes des champs poussent en ville

    Si l’homme veut bien lui faire place

     En balcon, En jardinet, en terrasse

    En œuvre artistique elles brillent

    ****

    Nous retournons ensuite à son petit 4ème sans ascenseur

    Ensuite je reprends le métro le bus et arrive chez Raymonde

    Le lendemain matin Raymonde m'accompagne à la gare Montparnasse

    En rail pour ma Bretagne avec quelques petits incidents

    J'avais heureusement pris des trains en directe

    A Montparnasse un voyageur qui venait de Rennes a oublié un sac à dos ...

    Soit il vient le chercher soit on le fait sauter le sac pas son propriétaire ni le train

    Il viendra le chercher in extrémis

    A Rennes deux individus récalcitrants retardent le départ

    A Vannes avec les correspondances difficiles un voyageur qui devait se rendre à Saint Brieuc est prié de descendre du train pour prendre un car

    Conclusion 25 mn de ratard à l'arrivée pas de problème pour moi ma voiture m'attendait

    Mon voyage à Paris (suite)

    Et là je retrouve ma petite bête heureuse de me revoir et de me montrer son cadeau (petite souris)

    Mon voyage à Paris (suite)

    Et là elle en profite après 3 nuits à la belle étoile

    Et moi je dors où Quya !!!

    Le vendredi après cette galopade de plaisir je resterais tranquille à me reposer

     

     


    4 commentaires
  • Mon voyage à Paris

    Lundi 29 nvbembre après un voyage sans encombre arrivée gare Montparnasse je prend le métro et rejoins mon amie Raymonde à la Défense puis nous regagnons son appartement au 14ème étage avec une superbe vue sur Paris

    Mon voyage à Paris

    Après une bonne nuit puis le petit déjeuner nous partons pour la Capitale

    D'abord un resto au café Plume vers la rue de Rivoli

    puis visite de l'exposition :

    Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité

    du 21 octobre 2021 au 20 février 2022

    Le Musée des Arts Décoratifs présente « Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité », coproduite par le Musée des Arts Décoratifs, Paris et le Dallas Museum of Art, avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre et le soutien de la Maison Cartier.

    Cette exposition montre les influences des arts de l’Islam sur la production de bijoux et d’objets précieux de la Maison de haute joaillerie, du début du XXe siècle à nos jours. Plus de 500 pièces – bijoux et objets de la Maison Cartier, chefs-d’œuvre de l’Art islamique, dessins, livres, photographies et documents d’archives – retracent ainsi l’origine de cet intérêt pour les motifs orientaux.

    Elle revient notamment sur le contexte parisien de l’époque et les figures de Louis et Jacques Cartier, petits-fils du fondateur, qui ont joué un rôle significatif dans la naissance d’une esthétique nouvelle empreinte de modernité.

    Mon voyage à Paris

    Plein de merveilles nous sont proposées

    Ensuite une halte devant la comédie française devant un thé et autre boisson

    Mon voyage à Paris

    Mon voyage à Paris

    Mon voyage à Paris

    Devant nous le métro sur la place Colette fait son show

    Paris : Le Kiosque des Noctambules de Jean-Michel Othoniel - Place Colette - Métro Palais Royal - Musée du Louvre - Ier

    Le Kiosque des Noctambules, bouche de métro insolite, réalisation à rebours de l’espace architectural, s’appelait à l’origine L’Impertinente. D’impertinence, cette œuvre contemporaine du plasticien Jean-Michel Othoniel n’en manque pas. Objet fantastique, cristallin, elle détonne dans le cadre urbain géométrique qui lui est imparti et donne un air de fête à l’entrée de la station de métro Palais Royal - Musée du Louvre juste en face de la Comédie Française, depuis son inauguration le 30 octobre 2000. Le Kiosque des Noctambules est une folie colorée destinée à accueillir le flux des passagers comme une pause enchantée dans l’hystérie de la ville. Cette création apporte une touche baroque au décor du Paris historique, touche insolite mise en exergue par l’architecture classique de la place Colette.

    Mon voyage à Paris

    Les deux fontaines du Théâtre-Français sont érigées dans le quartier du Palais-Royal du 1er arrondissement de Paris, sur la place André-Malraux. Elles embellissent l’élégant carrefour entre l'avenue de l'Opéra et la rue de Rivoli. Le quartier du Palais-Royal est un haut lieu du tourisme et du commerce, mais aussi de la culture avec la proximité du musée du Louvre, de la Comédie-Française et de l'opéra Garnier.

    Mon voyage à ParisBel immeuble

    Mon voyage à Paris

    Nous longeons la Comédie Française

    Mon voyage à ParisMon voyage à Paris

     

     

     

     

     

     

     

     

     Figures incontournables

    Mon voyage à Paris

    Les colonnes de Buren dans la cour d'honneur du Palais Royal

    Mon voyage à Paris

     Sphérades, les fontaines sculptures de Pol Bury au Palais-Royal à Paris

       Juste à côté des colonnes de Buren en si mauvais état, Sphérades, les deux fontaines-sculptures de Pol Bury (1985) sont elles aussi à moitié fonctionnelles. L'eau ruisselle sur les sphères brillantes mais elle ne les anime pas comme elle le devrait. Ne s'agit-il pas d'une oeuvre cinétique?

    Nous reprenons le métro et chacune part vers de nouvelles aventures pour moi et chez elle pour Raymonde

    *****

    Pendant ce temps là Quya donne des sueurs froides à ma cousine en ne rentrant pas de la journée et de ce fait de la nuit suivante. Le deal : tu dors dehors et tu rentres manger le matin vers 9h pour ne ressortir que vers 17h.

    Depuis j'ai décidé de mettre une chatière ... à suivre


    9 commentaires
  • Le lierre

    Émile VERHAEREN
    1855 - 1916

    Le lierre

    Lorsque la pourpre et l'or d'arbre en arbre festonnent
    Les feuillages lassés de soleil irritant,
    Sous la futaie, au ras du sol, rampe et s'étend
    Le lierre humide et bleu dans les couches d'automne.

    Il s'y tasse comme une épargne ; il se recueille
    Au coeur de la forêt comme en un terrain clos,
    Laissant le froid givrer ses ondoyants îlots
    Disséminés au loin sur une mer de feuilles.
     
    Pour le passant distrait il boude et il décline
    Le régulier effort des oeuvres et des jours ;
    Pourtant seul sous la terre il allonge toujours
    Le tortueux réseau de ses courbes racines.

    Le lierre

    Le lierre

    Sa force est ténébreuse et ne se montre pas :
    Elle est faite de volonté tenace et sourde
    Qui troue en s'y cachant tantôt l'argile lourde,
    Tantôt le sable dur, tantôt le limon gras.

    D'après le sol changeant il ruse ou bien s'exalte,
    Il se prouve rapide ou lent, brusque ou sournois ;
    Son chemin tour à tour est sinueux ou droit ;
    Il connaît le détour, mais ignore la halte.

    Et, dès le printemps clair, si quelque tronc ardent
    Etage auprès de lui ses branches graduées,
    Vite il l'assaille et mord son écorce embriquée
    Avec l'acharnement d'un million de dents.

    Le lierre

    Le lierre

    Humble et caché jadis sous la terre âpre et nue,
    Son travail aujourd'hui se fait dominateur,
    Il s'adjuge l'élan et bientôt la hauteur
    De l'arbre qu'il étreint pour monter jusqu'aux nues.

    Il frémit de lumière et s'exalte de vent,
    Sa force est devenue ardente et fraternelle,
    Son feuillage léger comme un vêtement d'ailes
    Le soulève, le porte et le pousse en avant.

    Chaque rameau conquis lui est support et proie ;
    Pourtant, ayant appris sous terre à se dompter
    Au point de ne lâcher jamais sa volonté,
    Il est si sûr de lui qu'il domine sa joie.

    Le lierre

    Le lierre

    Toujours il tord à point sa multiple vigueur,
    Fibres après fibres, au creux des moindres fentes,
    Et n'écoute qu'au soir tombant les brises lentes
    Chanter en lui et l'émouvoir de leurs rumeurs.

    Et quand toute son oeuvre un jour sera parfaite
    Et qu'il ne sera plus qu'un végétal brasier
    Serrant en son feuillage un arbre tout entier,
    Immensément, depuis les pieds jusqu'à la tête,

    Il voudra plus encore et ses plus fins réseaux
    N'ayant plus de soutiens s'élanceront quand même,
    Dieu sait dans quel élan de conquête suprême,
    Vers le vide et l'espace et la clarté d'en haut.

    Le lierre

    Déjà l'automne aura mêlé l'or et la lie
    Au funéraire arroi qui précède l'hiver
    Que lui, lierre touffu, compact et encor vert,
    Jusqu'au vol des oiseaux dardera sa folie.

    Alors, plus libre et clair que ne l'est la forêt,
    Il oubliera gaiement qu'il lui est tributaire,
    Mais qu'il boive un instant la plus haute lumière,
    Qu'importe qu'il s'affaisse et qu'il retombe après !

    **********

    S'il est une plante qui fait l'objet de tonnes d'idées reçues, c'est bien le lierre grimpant ou Hedera helix. Tout semble avoir commencé avec Pline l'Ancien durant le premier siècle après Jean-Claude qui ne voyait dans cette charmante grimpante qu'une destructrice de murs et d'arbres, allant jusqu'à le qualifier de « bourreau des arbres ».

    Il devait sans aucun doute être mal luné le jour où il a pondu ces idioties... car, je vous l'assure, le lierre, cette belle plante grimpante indigène ne mérite pas cette ire, ce rejet catégorique.

    Ensemble, tordons donc le cou à 5 idées reçues sur le lierre https://www.promessedefleurs.com/conseil-plantes-jardin/blog/5-idees-recues-sur-le-lierre?fbclid=IwAR3-uzPX0Kcz30Uia1C5EZ

     J'espère que le lierre ne sera plus pour vous un nuisible Je vous souhaite de bonnes fêtes de Pâques Prenez soin de vous
     

    12 commentaires
  • Sur le halage le long du Blavet (2)

    Continuons le chemin en compagnie de canards

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Des canards zoomés

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Belle cascade au bout du tunnel 

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Amusant cette collection de bouteilles

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Ecluse de Boterneau

    Sur la gauche l'usine à papier

    L'usine de papeterie de Saint-Rivalain est fondée par la famille Lemoine en 1874, face à l'écluse n°13 de Boterneau, au confluent du Blavet et de la Sarre. La matière première utilisée alors est la paille ainsi que des papiers usagés : on y fabrique des papiers d'emballage gris et bruns servant à envelopper les denrées alimentaires. Ce papier sera vite supplanté par le papier kraft, puis le plastique. Charles Lemoine, le fondateur, décède en 1888 et sin fils, Ernest, lui succède. Il fait bâtir une cité ouvrière le long de la route menant au bourg (maisons en L), une cantine, une école publique.

    L'usine ferme ses portes en juin 1959, remplacée par l'usine Texon en 1961, devenue Axhom en 1987. La cité créée autour de l'ancienne usine à papier par Ernest Lemoine est détruite pour servir de parking à l'actuelle usine. D

    epuis 2001, l'entreprise est reprise par la société Lydall : elle reçoit des fibres en vrac et les transforme en une sorte de papier (buvard) blanc en rouleaux de centaines de mètres de longueur, utilisé pour produire des filtres à air pour les blocs opératoires, la micro-électrique, les aspirateurs, l'aviation...

    Une coopération franco-américaine

    La maison d'Ernest Lemoine" Le Château de Claire-Lande "qui dominait la cité fût démontée en 1971 pour être remontée dans les Côtes d'Armor.

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    La mare au diable ... de l'autre côté du chemin de halage

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Sans dessus dessous

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Contre-jour

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    Nous sommes presque à notre point de départ

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    presque 2 heures plus tôt

    Sur le halage le long du Blavet (2)

    De l'aitre côté du chemin du halage un alignement d'arbres prennent un bain de racines

    Voilà pour cette rando samedi 06 février

    A bientôt 


    11 commentaires
  • Sur le halage le long du Blavet

    Ecluse de Talhouët

    Sur le halage le long du Blavet

    Maison d'éclusier construite après la mise en service du canal entre 1827 et la seconde mise en eau en 1865. Les maisons éclusières ne sont pas toujours mentionnées sur le premier cadastre et furent sans doute réalisées après 1850. L'usine électrique construite en 1934 (date portée) de l'autre côté de la berge du Blavet utilise l'énergie hydraulique générée par la chute d'eau.

    Sur le halage le long du Blavet

    L'usine électrique

    Sur le halage le long du Blavet

    Beaux reflets

    Sur le halage le long du Blavet

    Si vous ne voyez pas de monde sur mes photos c'est que je ne prend pas les gens

    Sur le halage le long du Blavet

    Belle oie zoomée

    Sur le halage le long du Blavet

    S'approcher mais pas trop

    Sur le halage le long du Blavet

    Belle ramure

    Sur le halage le long du Blavet

    Laisser l'ombre se désaltérer

    Sur le halage le long du Blavet

    Ecluse de Tréblavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Maison d'éclusier construite après la mise en service du canal entre 1830 et la surélévation du niveau d'eau en 1865. Les maisons éclusières ne sont pas toujours mentionnées sur le premier cadastre et furent sans doute réalisées après 1850.

    Cette maison de série est conçue selon un modèle unique, exemple d'architecture stéréotypée, initié par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. Des maisons identiques sont construites sur les écluses du Blavet (voir Talhouet également en Saint-Barthélemy).

    Sur le halage le long du Blavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Sur le halage le long du Blavet

    Il y a un cormoran dans l'arbre j'en verrais 3 s'envoler

    Sur le halage le long du Blavet

    Je vous laisse là les chercher. Leur couleur noire se confond avec les ramures

    A bientôt pour la suite


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique