•  

    Les 26 lettres de l'alphabet

      

    Ecrire une histoire avec les 26 lettres de l'alphabet dans n'importe quel ordre. (en dix minutes)


    Avec le Beau temps la Chaleur Donne des couleurs
    Evanescence, Fébrilité,
    Gouttant, Harassé, Il s'éponge.
    J'ai vraiment chaud
    Ké calor,
    L'été s'annonce, Moite,
    N'empêche ...
    Oh les soirées seront humides
    Parfumées, Ruisselantes, Savoureuses, Tendances, Ululantes, Virevoltantes
    Weekend arrosé au Xérès
    Yvan fait le Zouave


    Mais il manque une lettre je n'en compte que 25 !!!


    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
    Quoi Qu'on en dise et Quelque soit le Quotient à appliquer au Qatar pour le nombre de Quad il sera toujours inférieur au Quart de la population en Question ... Qu'est-ce Que vous dites !!!!!

     

    Ca vous a amusé !

    Moi aussi écrit en atelier d'écriture à Lyon en 2011

    Et là pas de dictionnaire ou de Google à portée juste la bibliothèque de la mémoire

    Les 26 lettres de l'alphabet

     Et Quya tu n'as même  pas parlé de Quya

    Mais je te pardonne je n'étais pas encore née

    Tu mangeais juste du Quinoa


    38 commentaires
  • Au théâtre ce soir !

     Photo du net

    Atelier d'écriture en télé-écriture animé par Cécile Mathias sur Lyon

    Je vous propose, à la manière d'Hannelore Cayre qui regardait les accidents de la route devant chez elle, assise comme si elle était au spectacle, de  commenter un événement (une dispute, une déclaration d'amour, un embouteillage, une agression…) comme si vous étiez au spectacle.

     

     Dans la soirée étouffante de ce 20 août je prends l’air à ma fenêtre. Il y a peu de monde dans la rue. Quelques promeneurs s’attardent avant de rentrer chez eux.

     

    « Espèce de pouffiasse approche si tu oses. »

    Je regarde à qui s’adressent ses mots tendres et qui les prodigue …

    « …

    - Tu crois que je ne te vois pas cachée derrière tes volets ? »

    Là les volets de la maison d’en face s’entrouvrent et une jeune femme apparaît.

    « Bonjour monsieur c’est à moi que vous offrez ce beau bouquet d’épines ?

    - Fais pas la maline tu ne m’impressionnes pas avec tes phrases alambiquées. »

    La jeune fille éclate de rire 

    « Allons biquet ne vous fâchez pas. Je ne vous connais pas et vous semblez me connaître.

    - Comment tu ne me connais pas. Tu m’as allumé toute la soirée en boîte samedi !

    - Je suis désolée monsieur mais je ne vais pas en boîte surtout par les temps qui courent ...eux.

    - Tu m’as donné ton adresse et ton numéro de téléphone et depuis tu m’ignores tu ne réponds pas à mes appels alors je suis venu pour te dire tout ce que je pense de toi pouffiasse. »

     

    Avec un tel vocabulaire je comprends qu’elle ne veuille pas entamer une conversation plus approfondie.

     

    « Fais pas ta mijaurée. Tu étais moins regardante l’autre jour.

    - Accordez-moi une minute et je descends voir quel olibrius j’aurais pu séduire.

    - C’est ça descends voir celui que tu appelais ton voyou des grands chemins.

     

    Et là, médusée, je vois arriver une jolie blonde un grand sourire illumine son visage.

    Son interlocuteur reste interloqué. Confus il regarde le fauteuil roulant dans lequel la demoiselle se déplace.

     

    « Je ne comprends pas, dit-il, vous n’êtes pas Marylou ?

    - Non monsieur Marylou habite sur la place Kléber, ici c’est la rue Kléber.

    - Putain ! Oh pardon veuillez m’excuser, je suis… 

    - Confus oui j’ai compris. Bonne soirée mes amitiés à Marylou.

    - Bons… oir. Merde merde que je suis con …

    - Fus », dit la jeune fille les yeux rieurs. 

     

    Parfois la rue vous offre un film plus amusant que la télé. Je ferme ma fenêtre.

    La touffeur de la soirée est encore présente je vais prendre une douche.

     

    Un défi un texte sortit tout droit de mon imagination. 20 minutes pour écrire puis ensuite peaufiner

     


    7 commentaires
  • Madame phacochère

    Plaidoyer pour un être, un animal, un lieu, un objet... mal aimé à tort ou à raison. Mettez-vous dans la peau d'un avocat et plaidez à la première personne à la barre du tribunal des flagrants délires. 

     Paru dans le recueil : Télé ateliers d'écriture confinés

    animés par Cécile Mathias

    *************

     

    Madame la présidente

    Messieurs et mesdames la cour

    Messieurs et mesdames les jurés

     

    Si je viens devant vous en ce jour c’est pour représenter l’accusée ici présente. Madame Phacochère

    Madame Phacochère est un animal tout à fait respectable qui ne demandait qu’à élever son petit dans le respect des lois et la dignité.

    Madame Phacochère me direz-vous s’est pourtant rendu coupable d’usurpation de domicile en s’installant sans y avoir été conviée dans la marre aux canards de la contrée.

    Madame Phacochère était au chemin, oui dans cet endroit il n’y a pas de rue, Monsieur Phacochère l’ayant sans vergogne expulsée de leur domicile au prétexte qu’elle prenait toute la place sur la couche conjugale et que son petit grognait toute la nuit. Mais chacun sait que Monsieur Phacochère avait trouvé une charmante compagne Mademoiselle Laie. Mais nous ne sommes pas là pour juger l’attitude de Monsieur Phacochère et de sa laie mais pour comprendre pourquoi Madame Phacochère est devant vous pour répondre à la plainte de Messieurs Dames Canards de Barbarie

    Voyez toute la tendresse et l’amour qui se dégage de son regard pour son petit qui lui a tant besoin d’elle

    Messieurs les jurés je vous demande de prendre en considération la détresse de cette mère acculée à squatter une marre à canards fussent-ils de Barbarie.

    Madame Phacochère n’a jamais fait de tort à personne, juste peut-être a-t-elle écrasé quelques moustiques par inadvertance. Peut-être a-t-elle chassé quelques mulots le jour de Noël ou ramassé des œufs à Pâques qu’elle offrait à son petit.

    Madame Phacochère a été une compagne toujours vigilante au bien-être de Monsieur Phacochère.

    Aussi je vous demande de relaxer Madame Phacochère qui s’engage à trouver une autre marre dès que cela lui sera possible. En attendant l’association pour la défense, non pas d’éléphant, mais des animaux volumineux en la personne de Madame Barguite Bargeot se propose d’accueillir Madame Phacochère et son petit sur son domaine de la "Ladrague".

     

    La cour représentée par Madame Cybèle Laydie met son verdict en délibéré

    Messieurs les jurés veuillez-vous retirer

     

    ****

     

    C'est sur cette dernière fantaisie que je vais me mettre un peu en retrait moi aussi.

    Passez un bon été

    A plus tard

     


    12 commentaires
  •   Imaginez un personnage célèbre mort ou un personnage fictif en situation de confinement. 

     Paru dans le recueil : Télé ateliers d'écriture confinés

    animés par Cécile Mathias

    *****

    "Ah ils me font bien rire avec leur peur de confinement. Moi j’ai choisi volontairement d’être confiné.

    Je m’appelle Charles et toute ma vie j’ai été un doux rêveur.

    Charles, martèlent mes parents

    Charles martèle mon instituteur

    Charles par ci Charles par là

    Le confinement des célébrités

    Je rêve de m’envoler sur un nuage à la rencontre du Petit Prince. Me retrouver sur sa petite planète en compagnie de sa rose.

    Mais sa rose est confinée depuis que le Petit Prince est allé sur terre dans le désert. Depuis qu’un aviateur est tombé en panne au Sahara. Depuis qu’il a côtoyé un renard devenu son ami et depuis que l’aviateur Saint-Ex lui a dessiné un mouton enfermé, je devrais dire confiné, dans une caisse. Depuis qu’un serpent l’a piqué assez pour l’endormir et une fois revenu sur sa planète il s’est réveillé.

    Alors j’ai décidé de me confiner dans mon imaginaire. Je rêve je rêve."

    *******

    Et puis un jour ou peut-être une nuit, sait-on jamais avec le décalage horaire une bombe informatique nous est parvenue. Un nouveau virus frappait la Chine. Et par les moyens aériens touchait l’Europe et le monde entier.

    Et toute la journée la télévision interpelle Charles martèle le message « Restez chez vous » et là Charles arrête de rêver.

    La réalité l’a rattrapé. Il doit rester chez lui. Se confiner.

    Tout d’abord il se désespère. Comment va-t-il se faire à cet enfermement imposé. Il regarde ses placards où les denrées se font rares. En doux rêveur il n’avait pas anticipé. Alors il se fait une liste. Le crayon dans la bouche il hésite, lui qui faisait ses emplettes en fonction de ses envies au coup de cœur.

    Les premiers jours il trouve mille choses à faire puis l’ennui le rattrape. Il délaisse la télévision, écoute les nouvelles à la radio. Parfois il se prend à rêver aux promenades qu’il ne peut plus faire. Il écoute et regarde sur son ordinateur des chanteurs qui lui parlent de l’océan. Le chant des vagues lui manque de plus en plus.

    Puis un début d’après-midi il se tourne vers sa bibliothèque et ses yeux rencontrent les livres de ses auteurs préférés. Comme un clin d’œil le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry l’appelle : Viens nous rejoindre Charles martèlent en chœur l’aviateur, le Petit Prince, le renard, le mouton. Même le serpent lui dit : Laisse-toi endormir et te réveiller sur la petite planète.

    Alors Charles s’installe confortablement dans son canapé et part avec tous ses nouveaux amis.

    Après une petite de plus en plus petite promenade et un aller-retour pour acheter de l’alimentation il se plonge dans divers ouvrages de voyage et même dans des romans historiques.

    Le confinement des célébrités

    Et là il rencontre Charles Martel … et à sa suite toute l'histoire de France

    Alors les chroniqueurs peuvent bien marteler

    "Restez chez vous"

    Il s'est évadé

    Et vous vous le suivrez dans le recueil en Télé ateliers d'écriture confinés

     


    10 commentaires
  • Le goupil et le corbeau

    Le point de vue de l'arbre du corbeau dans le corbeau et le renard

    Paru dans le recueil : Télé ateliers d'écriture confinés

    animés par Cécile Mathias

     

    Je suis un chêne bien branchu même branché.

    Le vent fait bruisser mes feuilles quand le soir il vient me parler

    J’ai déjà de nombreuses années je suis respecté

    Mais que vient faire ici cet oiseau noir corbeau et que tient-il dans son bec … quel est cet objet rond blanc un peu plâtreux. Il semble heureux de sa prise alors que dans la chaumière près d’ici la mère de famille se désole. Mais qu’est donc devenu mon fromage. Sûr que le père ce soir va encore gueuler.

    Tiens mais ne serait-ce pas le goupil qui gesticule à mes racines.

    Le voilà qui s’adresse au corbeau. Mille compliments sur son plumage (il est un peu déplumé), sur son ramage (il chante rauque à faire peur).

    Le corbeau se redresse, bat un peu des ailes, se prend pour le phénix de ses bois.

    Il en perd toute de dignité. Et soudain dans un excès de mégalomanie il ouvre un large bec et croa croa croa. Bien sûr le fromage dans un beau vol plané atterrit aux pieds du goupil qui s’en saisit aussitôt. Il frétille de la queue regarde le corbeau, honteux de sa bévue, qui part au fond d’un fourré en confinement. Je l'ai bien berné ce corbeau. Allons déguster mon diner.

     

    Ah ces animaux quand ils veulent ressembler aux humains ils sont pitoyables.

     

    Dans la forêt lointaine moi j’entends le coucou du haut d’un autre chêne il répond au hibou !!! Coucou coucou hibou hibou coucou hibou.

    Croyez-moi je suis le plus heureux et je plains de tout cœur ce pauvre Brassens qui a abandonné son arbre.

    « Au pied de mon arbre je vivais heureux

    J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre ».

     

     

    Ce soir là 5 juillet

    Le goupil et le corbeau

    c’est la pleine lune et Séléné comme le fromage de la fable me regarde avec bienveillance dans sa belle tunique opaline.

     

    -*-*-*-*-*-*-*-*-*-

     

    J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'ai eu à écrire ... toujours sous la contrainte !!! 20 mn

    Merci

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique