• Gueule d'arbre (A & A et cie n° 125)

    Gueule d'arbre (A & A et cie n° 12()

    Photo A Menez

    Passants qui marchez dans les chemins creux

    En me voyant, certains, le regard curieux

    Me trouveront belle gueule, voire Trogne

    D'autres se détourneront sans vergogne

     

    Aux enfants tremblant qui me croiseront

    Sachez que j'ai été jeune scion

    Puis grand chêne  fringant

    Faisant l'admiration des passants

     

    Et si maintenant j'ai une trogne

    Sans jamais avoir été ivrogne

    Si mes yeux sont en dévers

    Si j'ai la gueule de travers

     

    Sachez que les ans en sont la cause

    Des cernes j'ai une overdose

    les jeunes fûts qui m'entourent

    Solidaires, accompagnent mes jours.

     

    Ne jugez pas la vieillesse du haut de vos vingt ans.

    Vous êtes ce qu'elle fut

    Vous seraient ce qu'elle est, si vous avez l'opportunité d'y arriver

    ****

    L'été finissant laisse un goût particulier avec ses sautes d'humeur.

    Vous avez peut-être vu dans les chemins qui apportaient de la fraîcheur cet été des arbres bizarres. Qu'en est-il de mes compères.

    Allez vite voir 

     

    Petitalan

    http://petitalan-photodujour.over-blog.com/

    Alain Gautron  

    https://aurevebleu2.blogspot.com/ 

     

    « Dimanche c'est QuyaDimanche c'est chat »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    9
    Jeudi 14 Septembre à 18:56

    Comme nous les humains, le vieil arbre est marqué par les blessures de la vie, mais malgré cela, il est toujours debout. Une belle leçon pour nous. Merci pour ce beau texte.

     

    8
    Jeudi 7 Septembre à 10:11

    A te lire, je pense aux "gueules cassées" de la guerre ; Ici, ce sont les années qui façonnent les arbres et donnent à chacun d'entr'eux le pouvoir d'attirer notre regard et d'éveiller notre imaginaire voyant sur les troncs, branches et feuillages d'éclectiques paréïdolies. 

    7
    AmiGilbertAhuy
    Mardi 5 Septembre à 15:04

    C'est vrai qu'on voit de drôles de gueules d'arbres parfois... avec des yeux qui nous observent et des bras prêts à nous prendre... surtout par temps de brouillard épais... c'est parfois lugubre ! Bisous de la Bourgogne... et à Lundi prochain !

    Gilbert d'Ahuy

    6
    Mardi 5 Septembre à 15:01

    Coucou Mounette

    Bien tourné ce petit poème de ton ami Petitalan.

    Bises savoyardes

    5
    petitalan
    Lundi 4 Septembre à 16:48
    petitalan

    Très chouette ce texte. Amitiés.

      • Lundi 4 Septembre à 17:04

        Je t'ai relu

        Eh oui c'est le roseau qui plie ce qui m'a interpelé c'est le coup de boutoir.

        Merci de ton recadrage.

        Bonne soirée

    4
    Lundi 4 Septembre à 14:50

    Bravo Océanique, c'est un beau poème très réussi.

    3
    Lundi 4 Septembre à 08:58

    Bonjour Jacqueline,

    Voilà un arbre joliment comté  

    merci du partage

    bonne journée

    Amitiés

    2
    Lundi 4 Septembre à 07:37

    C'est joliment écrit ma Mounette, bravo...

    Bises, caresses à Quya et bon début de semaine - Zaza

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :