• Renard et corbeau (la suite) (A & A et Cie n° 75)

    Renard et corbeau (la suite)

    Il y a eu l'après Bécassine

    et aussi

    Dans mes fantaisies à la manière du groupe téléphone dans "Cendrillon"

    La suite de la fable "Le Chat la belette et le petit lapin" 

    Renard et corbeau (la suite)

    http://oceanique.eklablog.com/mes-fantaisies-c19166705/9

    Maintenant voilà l'après corbeau 

    Je ne vous narre pas la fable vous la connaissez

    ***

     

    Renard et corbeau ... les retrouvailles

     

    Maitre renard lunettes sur le nez s’appuyant sur sa canne dans un chemin creux trainait sa vieille carcasse soliloquait dans sa barbe sur ses aventures passées. Comme dans sa jeunesse il était finaud et rusé.

    C’est alors qu’au détour d’un sentier, perché sur le dossier d’un vieux banc délaissé, il vit éberlué son compère. Il lui revint en mémoire la manière avec laquelle il l’avait bien eu usant de ruse et flagornerie. Comme la madeleine de Proust il saliva en pensant au fromage vite gagné, vite dévoré. Il regarda son ancien ami un peu benêt d’alors. Trois plumes ornaient sa tête et son plumage était comme lissé avec un râteau aux dents écornées. Il tenait en son bec un fromage si blanc si fin qu’il semblait avoir été écrasé par une meule.

    A la vue du Goupil le volatile qui ne volait plus bien haut s’émut. Oui il lui en avait voulu. Oui honteux et confus il ne parla à personne de sa bévue sauf peut-être, les pattes sur la racine d’une bruyère au bord d’une fontaine, à Séléné, une nuit où elle se mirait dans l’onde pure revêtue de sa blanche hermine. D’autres oreilles indiscrètes avaient-elles entendu la confidence. Toujours est-il qu’un mercredi après-midi il vit avec stupéfaction une petite fille jouant à la marelle réciter une fable « Le Corbeau et le Renard ». C’était toute leur histoire au Goupil et à lui. Et même un je ne sais qui la narrer en argot. Il s’était caché puis enfuit en catimini. Pourtant des renards et des corbeaux il y en avait des milliers. Mais lui savait que ça les concernait.

    Bon revenons à nos moutons. Le vieux beau n’avait plus fière allure, un peu bigleux un peu boiteux. Le déplumé qui ne voyait pas sa propre déchéance riait sous cape. Doucement il posa sa pitance sur le banc et s’assis dessus. Mais malgré son handicape la manœuvre n’échappa pas au rusé qui déjà imaginait une intrigue à sa façon comme au bon vieux temps.

    Bien le bonjour mon ami.

    Croa, je n’en croa pas mes yeux, complice de jeunesse. Te voilà bien rendu en âge avancé.

    Eh oui, que veux-tu, les ans en sont la cause. Mais toi tu es toujours aussi fringant dans ta superbe redingote.

    A ses mots le corbeau se redresse. Se laisse prendre à ces compliments.

    Tu croas, pourtant comme toi je ne suis plus de première jeunesse.

    Moi j’ai dû courir pour échapper aux chasseurs. J’ai eu parfois le ventre vide. Pas de petit chaperon rouge à dévorer comme Mister Loup. Certain jour pas le moindre petit vermisseau.

    Il est vrai que moi j’ai pu picorer dans les champs, partager les rations des petits oiseaux du ciel mises en mangeoire pour les nourrir.

    Quoi qu’il en soit je te trouve toujours le plus bel hôte de ces bois.

    Le corbeau boit du petit lait, ne se sent plus de joie. Il se trémousse, tortille du croupion.

    Goupil pense – Corniaud, c’est gagné je vais encore le berner –

    Comme autrefois j’admirait ton envol plein de grâce. Me feras-tu le plaisir de m’en offrir un petit aperçu.

    Le volatile s’envole lourdement jusqu’au poteau voisin. C’est alors que redescendant de son petit nuage, sa mémoire le ramène plusieurs années en arrière. Il voit, marri, Maitre renard s’enfuir avec son trophée. Croa,croa, s’exclame-t-il rageur.

    Puis stupéfait il regarde son vieil ennemi glapir de souffrance. Il s’approche doucement. Trois dents tombent de la gueule du goupil. J’aurais pu me casser le bec moi aussi.

    Alors il se remémore la scène de la veille. Il cherchait sa pitance lorsque sur un terrain en pente il vit voler des fromages comme s’il en pleuvait. Il en attrapa un au vol. Un vieux reflexe lui était revenu et sans demander son reste son larcin en bec il partit pour le déguster en paix. Vous savez la suite …

     

    Tel est prit qui croyait prendre.

    Bien mal acquit ne profite jamais.

    Vous en avez d’autres des maximes à la noix. Croa, croa…

    *****

    Voici ma participation 

    Le choc d'une photo

    Le choix des mots

     

    Courrez vite voir ce que mes complices ... euh ! compères vous proposent

    Petitalan

    http://petitalanplus.apln-blog.fr/

    Alain Gautron

    http://alain.apln-blog.fr/   

     

    Je suis juste de retour d'une escapade à Lyon.

    Je pose mes valises, câline Ondine et viens vous voir. 

     

    « Dimanche c'est chat et arumUn peu de Lyon »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    10
    Samedi 8 Décembre à 15:21

    je viens voir ton voyage à lyon et lire ta fable

    bises

    9
    eliane 69
    Jeudi 29 Novembre à 11:26
    Amusant j'ai bien aimé
    8
    Mercredi 28 Novembre à 11:59

    Salut

    C'est super  cette suite.

    J'aime bien lire.

    Bonne journée

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Mercredi 28 Novembre à 11:02

    Un vrai casse-museau pour ce vilain Renard ! En Poitou, on jetait autrefois, il y a très longtemps je ne l'ai jamais vu faire, des petits gâteaux appelés casse-museau à la tête des gens le jour de la Pentecôte au moment de l'office. On les jetait également dans la gueule d'un monstre légendaire bien connu à Poitiers, la Grand'goule.

    Bises amicales

    Alain

    6
    Mercredi 28 Novembre à 10:05

    Il y a aussi la version vaudoise du rebeau et du cornard

    Gros bisous du Cremerdi

    5
    Lundi 26 Novembre à 19:49

    ❤️ Bonsoir Océanique,  

    Voilà un beau partage, merci beaucoup.

    Bonne soirée, bises, Véronique

    4
    yves Borredon
    Lundi 26 Novembre à 16:58

    bravo à toi ma belle amie

    3
    danae
    Lundi 26 Novembre à 08:50

    Toujours de l'imagination Jacqueline ! Bon retour de Lyon et bises

    2
    Lundi 26 Novembre à 07:30
    Mariage des mots et de l'image pour le moins bien orchestré et qui démarre une semaine de façon originale.
    1
    Lundi 26 Novembre à 05:50

    J'aime bien cette suite, c'est plaisant à lire de bon matin alors que tout dort encore et que la nuit est bien noire

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :