• Conte paradisiaque

    Photo G. Pacos

     

    Dans le jardin d'Eden 

    Joyeuses et vivifiantes 

    Dévalaient des rochers 

    Mille ondines en cascade 

     

    La pureté de leurs atours 

    Dans cet écrin de verdure 

    Ravissait l'humain médusé 

    Laissant cours à sa rêverie 

     

    Le Créateur de toute beauté 

    L'avait doté pour compagnie 

    De la belle et sublime nature 

    Offrant ses merveilles féeries 

     

    Soudain tous ses sens en éveil 

    Le désir à une ondine de s'unir 

    Au ciel il cria sa prière ... 

    Délivres-moi de ma solitude ! 

     

    Ondine sortie de la blanche écume 

    Lui apparue en tenue d'Eve 

    Lui sacrifiant sa liberté 

    Ainsi naquit l'humanité 

     

    Lorsque vos pas vous mènent à l'aube 

    Devant l'expression de la divinité 

    Sachez que s'échappent de l'onde 

    Les larmes des ondines orphelines 

     

    De leur sœur humanisée

     


    19 commentaires
  •  

     

     

    Le lac a hissé la grand voile.  

    La tête dans les étoiles 

    En pensée je m'évade 

    Vers l'océan, je gambade 

     

    Quelques nuages en compagnie 

    Les mouettes sont mes amies 

    Les dauphins me font cortège 

    L'arc en ciel en florilège 

     

    Les îles m'accueillent dans  leurs criques 

    Moments de rêves instants magiques 

    Quand le soir assise sur la dune 

    Je fais dialogue avec la lune. 

     

    A l'aube, L'appel du large est  fort 

    L'horizon s'enflamme  en décor 

    L'astre solaire dans sa splendeur  

    Se nimbe d'un voile de douceur.

     

     

     

     

    Le lac abaisse la grand voile  

    Alors qu'Eole pousse en rafale 

    Les nues colère, noires de rage. 

    Devrais-je ... rentrer à la nage ?

     


    24 commentaires
  • Dimanche

     

    Eh ! vous êtes réveillés !!!!!



    16 commentaires
  •  

     

    Je vous ai captivé

     

    Vous m'avez capturée

     

    Puis vous êtes reparti

     

    Me laissant incueillie

     

    Mélancolie

     


    24 commentaires
  • Photo Ph Dagorne 

    Végétation de Provence 

    Sur un lit mousseline 

    Parure de turquoise 

    Se cache la belle ondine 

     

    Il ne la voit pas 

    Son visage d'opaline 

    Fait masque à son regard 

    Elle frémit la coquine 

     

    Sautant sur les rochers 

    En cascade divine 

    Offre sa nudité 

    En gouttelettes fines 

     

    De dépit, il s'écrie 

    Ne t'aime pas Mélusine 

    Elle s'envoile de crépuscule 

    Essuie une larme chagrine. 

     

    Le ciel s'endeuille en ténèbres 

    Le lac s'horizonne en colline 

    Se taisent alors les cigales 

    S'évanouie la belle Ondine

     

     


    22 commentaires