• Pérouges - Journée du Patrimoine 3

    Belle maison à colombage place de la Halle 

    Pérouges, très ancienne cité fortifiée sur un promontoire du plateau de La Dombes, dominant le confluent de l'Ain et du Rhône est à 35 km de Lyon sur la route de Genève.  

    Avec sa campagne avoisinante, Pérouges reste le témoignage de ces sites bienheureux où l'œuvre humaine s'intègre à la nature.  

    Ici, tout est simple, humble, les vielles maisons aux pierres chaudes sont des demeures d'artisans, de marchands et de gens de la terre.  

    Pérouges avec ses nombreuses ressources archéologiques, culturelles et gastronomiques offre un séjour varié et reposant.  

    Une tour romaine a précédé la création de Pérouges, d'où une légende s'est établie voulant que la cité ait été fondée par une colonie gauloise venant de Pérugia en Italie.  

    Pendant la période féodale, au XII° siècle, fut construit un château et les remparts ceinturèrent le haut de la colline délimitant la cité actuelle. D'un passé sans grande aventure, on peut retenir les multiples changements de nationalité Pérouges fut dauphinoise en 1300, savoyarde en 1345 et française en 1601.  

    Le siège de 1468 reste le fait d'armes, commémoré par une inscription sur la Porte d'En-Bas.  

    Toutes les places fortes de la région avaient cédé devant les Dauphinois, alliés de Louis XI, seule Pérouges n'avait pas été prise.  

    Le Duc de Savoie, pour remercier ses bons sujets, les dispensa d'impôts pendant 20 ans. Le village qui était hors les murs et probablement ravagé par représailles, se reconstruisit sur la colline, à l'abri des remparts.  

    La grande majorité des maisons que l'on admire aujourd'hui, l'ordonnance des rues et des places datent de cette période de prospérité. Un essor artisanal (tissage, viticulture) et commercial s'ensuivit. L'église fut achevé à cette époque.  

    La période révolutionnaire est particulièrement active. L'arbre de la Liberté, planté en 1792, magnifie la place de la Halle. Au début du XX° siècle, Pérouges menaçant d'être en partie démolie, le Comité de défense et de Conservation du Vieux Pérouges est créé en 1911.  

    Depuis la restauration de la Cité s'est poursuivie grâce à des initiatives publiques et privées. 

       

     


    21 commentaires
  •  

    Située géographiquement en Dombes mais toute proche de la Bresse, Châtillon sur Chalaronne (autrefois Châtillon les Dombes) avait au 11eme siècle des seigneurs indépendants qui construisirent le château fort dont les ruines dominent la cité. 

     

    Passée au 13eme siècle sous la domination des Sires de Beaujeu, Châtillon faisait partie des possessions que ses puissants seigneurs avaient sur la rive gauche de la Saône et que l'on appelait le Beaujolais, à la part de l'Empire qui devait, plus tard, former "La Principauté de Dombes". 

     

    Châtillon en fut détachée pour servir de dot à Sibylle de Beaujeu qui l'apporta à son mari, Renaud de Bagé. Du coup, Châtillon s'intégra à la Bresse et suivit le sort de celle-ci lorsqu'en 1272, elle fut incorporée à la Savoie et revint en France comme elle seulement au traité de Lyon en 1601. 

     

    Mille ans font ainsi ,vivre la ville de Châtillon sur Chalaronne. Une cité médiévale qui conjugue son passé au présent, entre patrimoine préservé et dynamisme économique. 

     

    Grand Prix National de Fleurissement 2003 

     

     

     


    22 commentaires
  •  

    Merci à mes fidèles lectrices et lecteurs de votre passage et commentaires pendant mon absence à l'autre bout du monde

    En attendant de vous livrer mes souvenirs

    un petit retour en arrière sur les journées du Patrimoine dont je vous ai déjà partagé mes vendanges à Chaponost

     

     

    Basilique d'Ars en Formans village du Curé d'Ars - Jean-Marie Vianney

     

     

    Statue du Curé d'Ars dans la cathédrale Saint John de Hong Kong

     

    Petit village des Dombes de 1300 habitants, Ars reçoit chaque année près de 500 000 pèlerins ou touristes, dont une grand nombre d'étrangers de tous les continents.

    Ce village est mondialement connu grâce à son curé d’Ars. En effet de son arrivée en février 1818 à sa mort en 1859, Jean Marie Vianney a passé 41 ans de sa vie en tant que Curé du village d’Ars. Au cours de ces années, il a mené une vie d’ascète et sa réputation de confesseur et de guide spirituel a attiré à Ars de nombreux pèlerins. 45 ans après sa mort, il fut retiré de son caveau. C’est l’ouverture de son procès de béatification. Il est canonisé en 1925 puis proclamé « Patron de tous les curés de l’univers » en 1929.

    Le pape Jean Paul II s'est rendu à Ars le 6 octobre 1986.

    Une crypte semi enterrée fut construite en 1959-1961 pour permettre de grands rassemblements.

     

    La petit église, pratiquement reconstruite par l'abbé Vianney, introduit à la basilique où se trouve la châsse qui renferme le curé d'Ars

     

    Ars est une des 11 villes sanctuaires en France

     

      

     


    18 commentaires
  • Hong Kong Island

    Eh ! vous savez où elle est ?

    La dernière fois que je l'ai vue elle longeait la mer pour voir le soleil prendre un bain !!!

     

     

    Hong Kong Island

     

    Il parait que c'est ce qu'elle voyait de l'appartement situé au 20ème

      

    Moi je l'ai vue sur l'Ile de Lantau                         Moi je l'ai croisée sur l'ile de Cheug Chau

    Hong Kong Island Hong Kong Island

     


    20 commentaires
  • Ce jour là j'avais la tête à l'envers

    Ce fût une belle balade

    Entre vieille ville et lac

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique