• A l'écoute du monde.


    Ventre plein n'a pas d'oreilles
    Pour écouter le cri de l'enfant affamé,
    Absorbé qu'il est par :
         Son niveau de vie
         Le prix de l'essence
         La femme du voisin,
         Qu'il dévore des yeux,
    Des yeux plus grands que le ventre

    Ventre creux n'a pas d'oreilles
    Pour entendre l'oiseau s'égosiller
    A chanter sa joie de vivre
    Dans le matin parfumé
    D'effluves printaniers.
    Obsédé qu'il est à rêver
         D'une croûte de pain
         D'un déjeuner de soleil
         D'une fée belle à croquer.

    Ventre plein, ventre creux,
    N'ont plus d'oreilles,
    Indifférents aux cris du poète enchaîné
    Torturé dans le secret d'une prison
    Pour avoir tendu l'oreille
    A l'écoute du monde, privé de liberté
    Pour avoir entendu
         Les râles d'agonie,
         Les gémissements de douleur,
         Les signaux de détresses,
         L'appel à la tendresse,
         La voix de l'espérance,
         L'enfant qui s'émerveille
         A l'aube d'un monde nouveau.

    Ventre plein ... ventre creux
    N'ont plus d'oreilles à l'écoute du monde.

     

    Mounette 1983

    Est-ce que le monde a changé ......

     


    23 commentaires
  • Conte paradisiaque

     

    photo G. Pacos

     

    Conte paradisiaque

     

    Dans le jardin d'Eden

    Joyeuses et vivifiantes

    Dévalaient des rochers

    Mille ondines en cascade

     

    La pureté de leurs atours

    Dans cet écrin de verdure

    Ravissait l'humain médusé

    Laissant cours à sa rêverie

     

    Le Créateur de toute beauté

    L'avait doté pour compagnie

    De la belle et sublime nature

    Offrant ses merveilles féeries

     

    Soudain tous ses sens en éveil

    Le désir à une ondine de s'unir

    Au ciel il cria sa prière ...

    Délivre-moi de ma solitude !

     

    Ondine sortie de la blanche écume

    Lui apparue en tenue d'Eve

    Lui sacrifiant sa liberté

    Ainsi naquit l'humanité

     

    Lorsque vos pas vous mènent à l'aube

    Devant l'expression de la divinité

    Sachez que s'échappent de l'onde

    Les larmes des ondines orphelines

     

    De leur sœur humanisée

     

    Août 2011

     

    Parmi toutes les théories sur le début de l'humanité j'ai choisi la féerie le rêve ce qui arriva après n'est plus de ma responsabilité. Alors oui rêvons pour fleurir le quotidien. Merci de me lire.


    31 commentaires
  • Sérénité

     

    La sérénité

     

    Ce n'est pas manque de désirs

    Ce n'est pas sensualité refoulée

    C'est accepter que soit donné

    Une ouverture sur l'avenir

     

    C'est vivre chaque instant

    Comme un merveilleux cadeau

    C'est dire je t'aime au présent

    Demain viendra bien assez tôt

     

    C'est cueillir les fleurs de la vie

    Lorsque leur cœur nous est offert

    Voir chaque jour en embellie

    Vivre, vivre à cœur ouvert

     

    C'est aussi juguler nos peurs

    Qui empoisonnent l'atmosphère

    Croire que nous sommes sur terre

    Pour cultiver notre bonheur

     

     octobre 2011

     

    Merci de votre présence 


    28 commentaires
  • Bon dimanche

    Juste quelques roses pour illuminer votre dimanche

    Merci de toutes vos pensées qui sur les ailes du vent sont montées vers Monelle

    Merci de vos mots apaisants

    Bon dimanche

    Bon dimanche

    Le vallon m'accueille

    Sur un tapis de feuilles

    Couleurs chamarrées

    L'été s'en est allé

    Ainsi va la vie

    Mélancolie

     

     Francheville près de Lyon

    01/11/2009

    Bon dimanche


    23 commentaires
  • Monelle

     

    En janvier 2013 tu étais la reine. Comme tu étais heureuse de partager la galette avec moi

     

    Ma chère Monelle

     

    Que de merveilleux souvenirs nous avons vécu ensemble

    Notre première rencontre

    J’aurais une veste blanche

    J’aurais une veste noire

     

    Puis notre périple au pays des pierres dorées

    Sept villages en une journée

    Tu n’étais pas très vaillante

    Je t’évitais d’être marchante

     

    Et souviens-toi notre escapade

    Trois amies en promenade

    Périple dans ma belle Bretagne

    Et celle en amitié de montagne

     

    Et puis je t’ai abandonnée

    Pour le Morbihan me nicher

    Comme tu aurais voulu venir

    Mes beaux chemins parcourir

     

    Je n’entendrais plus ta voix

    Me dire bonjour c’est moi

    Et moi de répondre bonjour c’est toi

    Tu ne me raconteras plus tes exploits

     

    Tu es partie vers les étoiles

    Tu as hissé la grand’ voile

    Sur le chemin de sérénité

    Ma chère Monelle repose en paix

     

    Nous ne t’oublierons jamais


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique