•  

    Trois plumes blanches

    photo du net

    Trois plumes blanches : Inventaire

    Trois plumes blanches
    Un Boa multicoloré
    Deux aigrettes ébouriffées
    Quatre bottes lézardées


    Et une Diva

    Douze chemises bariolées
    Six jupons empesés
    Neuf faux cils charbonnés
    Cinq robes décolletées


    Et une Diva

    Des pinceaux en poils soierés
    Huit paires de bas moirés
    Des escarpins haut perchés
    Quelques postiches frisotés


    Et une Diva

    Quatre miroirs biseautés
    Des tubes à lèvres colorés
    Des faux ongles manucurés
    Un garde du corps endimanché


    Et une Diva

     

    Texte écrit en atelier d'écriture à Lyon 2010

     


    33 commentaires
  • Rose blanche captée dans le jardin de la cathédrale de Chartres

    A toi

     

    Douce était la soirée

     Le ciel étoilé. 

     

    Au détour du chemin 

    L'ombre l'interpela.

     

    Comme le font les chats 

    S'approchant doucement

     

     Elle le vit

     

     La tête dans les mains 

    Le regard à l'horizon. 

    La douleur s'était invitée. 

     

    Pudeur, peur d'être importune 

    Elle resta au sommet de la dune 

    La brise caressait son visage.

     

     Elle la sentit

     

     Les vagues léchaient ses pieds. 

    Indifférent il était hors du temps. 

     

    La lune généreusement ronde 

    Pailletait le sillage d'un voilier. 

    Telle une mousseline bleu-nuit

    Les étoiles ornaient la voûte céleste.

     

     Elle entendit

     

    Venant du fond de l'océan 

    Les sanglots d'un enfant.

     

    Tous ses sens à l'écoute ! 

    Elle ne perçu que le silence 

    Elle ne vit que l'absence 

    Rien qu'une évanescence

     

     Elle s'envahit

     

    La petite voix gémissait : 

    "S'il te plait rends moi ma balle, 

    La ficelle pour tirer mon bateau. 

    Maman ! ne me lâche pas la main" 

    Un rayon lumineux traça le ciel 

    Une rose pleura des pétales de sang

     

    Elle frissonna

     

     L'ombre se déplia lentement 

    Passa près d'elle, la frôlant 

    Elle vit alors une perle opaline 

    Rouler sur sa joue 

    La lune murmura "Pardon mon petit" 

    La brise souffla "Merci"

     

     Elle sourit

     

    13 juillet

     

    Ne laissez pas se noyer l'enfant qui est en vous dans l'océan de votre complexité !

     


    41 commentaires
  •  Chemin d'Arles juillet 2008 entre Léguevin et Giscaro 7h30

    Marcher 

     

    A l'horizon le jour point 

    Marcher seule sur le chemin 

    Quitter les heurts du train-train 

    M'arracher au quotidien 

     

    Ecouter le silence en harmonie 

    Osmose du corps et de l'esprit 

    Quand résonne en cadence le bruit 

    De mes pas au le sentier de la vie 

     

    Donner tout l'espace à mon âme 

    Dans cette quête qui désarme 

    Masquer mon statut de femme 

    Attiser au cœur la flamme 

     

    Rechercher de mon existence le but 

    Harassée, accepter l'offre  du talus 

    Ne pas négliger les mains tendues 

    Savoir rester reliée, attendue 

     

    Marcher 

    M'oublier 

    Me lasser 

    Me lâcher 

    Me retrouver

     

    Me perdre aux rêves inachevés

     


    43 commentaires
  • "Vos gueules les mouettes"

    Approchez approchez 

    Vous qui de nos petits ports visitez

    N'est-elle pas la plus belle contrée

    Notre Bretagne

    "Vos gueules les mouettes"

     

    Oui oui elle a raison ma commère 

    Côtes d'Armor ou Finistère

    Terre de landes et de bruyère

    Notre Bretagne

     

    "Vos gueules les mouettes"

    L'Ille et Vilaine de concert cheminant

    Et dans le Golfe le morbihan

    J'Vous dis qu'c'est terre et océan

    Notre Bretagne

    "Vos gueules les mouettes"

    Elle est terre de légendes

     Viviane Merlin et Brocèliande

    Terre d'îles et de landes

    NOTRE BRETAGNE

    "Vos gueules les mouettes"

    J'espère que vous êtes convaincus

    Nos plages valent beach ou Honolulu

    Galettes coquillages et Gwenn ha du *

    Notre Bretagne

    "Vos gueules les mouettes"

    Je plane je plane dans les nuages

    J'aime la Ria et ses rivages

    Les côtes escarpées les bocages

    Notre Bretagne

     

    * Drapeau breton

    En ce temps là à Saint Goustan je me promenais

    Je vous l'offre à nouveau

    Bonne journée à vous

    Prenez soin de vous

    Que le confinement ne soit pas une déconfiture

     


    43 commentaires
  •  

    L'hyménée océane

     l' Andrée -Eugénie peint par Pierre Guenno 

    Photo de Jocelyne Yvon Calloch

       

    L'Hyménée Océane

     

    La mer calme, étale et sereine 

    Rêvait, quelques amours ardentes 

    Alanguie sur sa couche de reine 

    Elle le vit, l'allure conquérante 

     

    Une vague du fond de ses abysses 

    L'envahit d'une brulante ivresse 

    Lui ouvrit la porte des délices 

    Où l'Eden est terre de promesse 

     

    Pourfendant son âme romantique 

    De sa puissante étrave Il la pénétra 

    Mat érigé, jusqu'à ce qu'elle abdique 

    Soumise et consentante au creux de ses bras 

     

    En vague déferlante, la houle exacerbée 

    Telle une fusée en bouquet final 

    Explose en écume par le vent déposée 

    Habillant de blanc le voile nuptial

     

    Sirènes, phare et balises en chœur 

    Chantent en mélodie l'hyménée océane 

    La brume corne les battements de cœur 

    La mer entrelacée, le voilier qui pavane. 

     

    Le soleil éclaire l'horizon qui flamboie 

    La lune discrète dépose sur les  amants 

    Un voile étoilé, pudique, sur leurs ébats 

    Bercés doucement par la caresse du vent 

     

     

     juillet 2011

       


    44 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique