• Les tribulations d’Ondine

    Elle savait pourtant que j’étais chatte des rues, fugueuse, mordeuse. J’avais un an quand j’ai été piégée, attirée par quelques friandises, enfermée dans un panier qui s’est refermé sur moi. Puis depuis un fourgon, amenée dans une réserve comme les indiens.

    Là je dois admettre que les gentilles dames m’ont câlinée. Stérilisée, vaccinée, encagée, nourrie. Plus besoin de chasser, de voler, j’étais rassasiée.

    Encore faible des suites de mon opération, entourée de congénères bruyants miaulant faisant tout pour se faire remarquer je restais tapie dans mon panier.

    Puis Elle est arrivée, Elle a fait le tour des cages. Cette chatte grise, ce chat miauleur, celui-ci celui-là. Moi j’étais tranquille. A peine un miaou quand Elle s’est dirigée vers moi. Je n’étais pas à vendre. La dame qui l’accompagnait, soigneuse de son métier a fait l’article. "Elle est toute douce" J’ai l’impression qu’elle n’avait pas besoin de ça, que son choix était fait.

    Elle est revenue on lui a ouvert ma cage. Oh juste de quoi passer la main pour me caresser.

    Les tribulations d’Ondine

    Je devais encore être piquée. Revenez la semaine prochaine Madame.

    Elle est revenue. M’a mise dans un joli panier. M’a installée dans sa voiture … la petite voiture rouge. Je suis arrivée dans une maison, sa maison aux volets rouges. Moi je suis écaille de tortue. trois pattes noires une patte blanche.

    Les tribulations d’Ondine

    Comme tous les chats j’aime les situations en hauteur alors j’ai monté l’escalier et me suis réfugiée sous son lit. Tout au fond. Elle venait régulièrement me voir, m’appelant.

    A oui quand je suis arrivée dans la réserve le 21 décembre 2017 j'ai été pucée et nommée. Dame je n’ai pas pu leur dire comment je m’appelais dans la rue. C’était l’année des N je suis devenue Nara. Quand Elle est venue pour m’adopter c’était l’année des O elle a dit que je serais Ondine. Je n’avais pas eu le temps de n’habituer à mon nom car je ne suis restée qu’un mois à la réserve puisque le 26 janvier 2018 j’en sortais.

    Alors toute la journée elle m’a appelée Ondine. Elle me tendant la main à quatre pattes comme moi. Je me suis approchée doucement très doucement. J’avais faim. Une jolie gamelle avec des croquettes m’attendait et un bol d’eau à côté et plus loin un panier.

    Les tribulations d’Ondine

    Un jour Elle est arrivée avec un autre panier Elle avait peur que celui-ci ne soit trop petit. Alors j’ai eu deux paniers non trois car il y avait aussi celui en rond pour jouer. Il devait aussi me servir de griffoir mais je ne m'en suis jamais servi  j'ai eu un griffoir en carton. 

    Les tribulations d’Ondine

    Les tribulations d’Ondine

    Elle a mis Caramel dans le nouveau panier rose. C’était celui sur le palier au premier étage à côté de sa chambre où j’aimais aussi faire la sieste sur son lit.

    Les tribulations d’Ondine

    J’étais une chatte aimée, câlinée. Oui mais j’étais aussi une chatte des rues et le dehors me manquait.

    Les tribulations d’Ondine

    Caramel étais gentil mais pas très animé. Un jour enfin un matin quand Elle a ouvert la porte donnant sur la place je me suis faufilée entre ses jambes et suis allée me réfugier sous la petite voiture rouge car il pleuvait. Quand Elle s’est aperçue de mon absence Elle m’a cherchée partout sur l’armoire où j’aimais me réfugier, sur le buffet de la cuisine et à l’étage. Enfin partout dans la maison, Elle est sortie et m’a vue sous la voiture. Comme Il avait beaucoup plu des flaques d’eau s’était formées. Alors Elle a pris une décision qu’elle a dit stupide après coup. Elle a démarré la voiture pour me libérer et moi j’ai pris peur, je suis partie en courant et là toute la journée Elle m’a appelée m’a miaulée et oui Elle miaule aussi. Ce n’est que le lendemain qu’Elle m’a trouvée dans le creux d’un mur où je m’étais engouffrée morte de peur. Je ne pouvais plus bouger alors avec des cousins ils ont déplacé une pierre et Elle m’a attrapée, cajolée, câlinée et tout est rentré dans l’ordre.

    Les tribulations d’Ondine

    Les tribulations d’Ondine

    Et puis j’ai eu le droit de sortir par le velux pour courir sur les toits, dans le jardin. J’avais une vie heureuse. Oui parfois Elle partait et me laissait dans la maison avec gamelle, eau, paniers et visites des cousins. Jamais je ne me suis sentie abandonnée et quand Elle rentrait c’était miaulements, roulades, salto arrière, caresses, mordillements. Par- contre les cousins étaient parfois désespérés lui ne m’a jamais vue, elle une fois sur le muret mais je me suis sauvée, une autre fois je suis arrivée en courant descendant l’escalier et sautant sur l’armoire car ce n’était pas Elle.

    Les tribulations d’Ondine

    Les tribulations d’Ondine

     

     

     

     

     

     

     

     Elle a bien essayé de me faire lire. J’ai préféré me dorer au soleil.

    Un jour son jardin a disparu. Plus rien même le camélia a été enlevé et les hortensias et et et. Puis ils sont venus lui en faire un plus beau. Comme j’aimais sauter dans les petits arbustes courir sur le muret dégagé voire m’y prélasser.

    Les tribulations d’Ondine

     

    Si si je vous assure c’était le bonheur. Elle m’avait même mis un quatrième panier pour que je puisse dormir à l’abri en rentrant de mes pérégrinations nocturnes. Vous vous rappelez je vous ai dit que j’étais chatte des rues. Quel bonheur quand j’entendais le volet roulant de la porte donnant sur le patio-jardin j’arrivais en courant miaulant et le rituel commençait : je me roulais sur la serviette mise pour moi sur le tapis et là c’était essuyage surtout si j’étais mouillée, caresses, roulades, miaulements en commun, galipettes puis je me dirigeais vers la gamelle.

    D’autres fois c’était par la porte d’entrée que je rentrais de mes chasses et le rituel était le même.

    Les tribulations d’Ondine

     

     Ah oui les fauteuils qui me servaient à m’exprimer quand je leur caressais le dos avec mes griffes.  Ça avait le don de l’énerver et Elle me grondait, allait remplir la gamelle ou ouvrir la porte pour que je sorte ou parfois  les pattes sur le dossier je la regardais juste pour la défier. Mais aussi j’avais le droit de me cacher sous le petit plaid.

    Les tribulations d’Ondine

    Les tribulations d’Ondine

     

     

     

     

     

     

     

     J’ai toujours préféré boire l’eau de pluie dans le plat qu’Elle mettait pour moi ou dans la vasque où Elle avait mis des galets. Attention au dérapage mais j’avais les pattes solides bien campée sur mes arrières.

    Les tribulations d’Ondine

    Les tribulations d’Ondine

    Je pourrais vous en raconter des moments heureux. Des instants privilégiés. 

    Les tribulations d’Ondine

    Des galopades avec les copains copines quand la place était encore à l’ancienne. Et puis un jour ils sont venus

     A suivre 

    « Une nuit de pleine luneLes tribulations d’Ondine (suite) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    9
    Dimanche 14 Juillet à 13:25

    l'histoire d'Odine petite princesse des rues mais aimé par sa maitresse

    tout pour être heureuse mail il y avait un mais

    bises

    8
    Mercredi 10 Juillet à 14:16

    Lorsque j'ai lu le titre , j'ai cru que j'allais apprendre une bonne nouvelle. Il n'en n'est rien. Alors je croise les doigts pour que ta prochaine publication s'intitule "De retour chez Mounette"

    7
    Jeanine
    Mercredi 10 Juillet à 13:14

    Belle histoire d’amou Entre Ondine et toi. Je souhaite qu’elle recommence un jour.

    6
    danae
    Mercredi 10 Juillet à 09:00

    Bonjour Amie,

    C'est une jolie histoire bien racontée où l'on sent l'amour que tu as pour Ondine. Hélas elle se termine mal pour l'instant mais, qui sait, elle reviendra un jour. L'espoir est permis. Je le souhaite car là c'est un crève-coeur et je compatis à ton chagrin. Bises Mounette

    5
    Mercredi 10 Juillet à 08:39

    Comme j'aime la façon dont tu parles de ton Ondine. Elle avait trouvé une bonne maison. Je suppose que nous saurons à la fin du récit de ses tribulations si elle a réintégré ta maison.

    De gros bisous Mounette

    4
    Mercredi 10 Juillet à 08:04

    Alors ? elle est revenue ? Je pense que l'histoire est à suivre pou le meilleur !

    bonne journée

    3
    Mercredi 10 Juillet à 07:51

    Bon, Ondine, t'es revenue chez Mounette ou pas ? Je veux savoir ...

    2
    Mercredi 10 Juillet à 07:03
    Bonjour Océanique,
    Le début de l'histoire d'Ondine ressemble à l'histoire de ma Maroussia. Elle aussi adoptée à la SPA.
    Moi aussi j'aimerais savoir si la fugueuse est revenue ?
    Passe une bonne journée, grosses bises Véronique
    1
    Mercredi 10 Juillet à 05:28

    Belles tribulations mais moi, ce qui m'intéresse en tout premier, c'est de savoir si elle est revenue parce que figures-toi que j'en suis malade depuis qu'elle a disparu, comme si je le connaissais en vrai ton Ondine. Nous nous sommes tous attachés à elle alors dis-nous et tu "tribuleras" après.... Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :