• Le fer à repasser ouvre le rideau .....

    Atelier d'écriture virtuel du 28 mai 2021 animé par Cécile

    Je vous propose d'écrire un texte d'environ une page entre un début et une fin imposée, en plaçant obligatoirement les mots canopée, arbalète et hypocondriaque dans l'ordre que vous voulez.

    Début : Le fer à repasser trépignait sur son support, envoyant des nuages de vapeur en direction du plafond…

    Fin : La girafe et l’éléphant s’éloignèrent vers le couchant, patte dans la patte.

    Le fer à repasser trépignait sur son support, envoyant des nuages de vapeur en direction du plafond.

    Il n’en pouvait plus. La situation était intenable. Enfermé dans la pièce de la maison qui servait de rangement, il était à la tâche depuis le matin, juste après que l’odeur de café s’était répandue dans l’espace et qu’elle vint le retrouver avec une pille de linge descendu du séchoir. Elle alluma sa radio et des airs de vacances emplirent la place. Elle avait apporté une tasse de ce breuvage fort en bouche disait-elle. Pendant qu’elle se régalait je sortis de mon rôle de soumission à celui de narrateur. ….

    Elle me mit sous pression et avant que je sois prêt à l’action elle attrapa des morceaux de linge qu’elle étala sur la table adéquate.

    Toute la nuit précédente j’avais entendu tourner la machine à laver, comme un bruit ronronnant lancinant puis un tremblement de terre pour finir par un silence surprenant. Au matin elle avait étendu le linge et vous connaissez la suite.

    Elle revenait de quinze jours de vacances. Chaque année c’était le même programme à son retour.

    Dès que je suis sous tension elle m’attrape d’une main ferme par ma poignée et me voilà lissant étalant écrasant les plis des tissus. Je sais que j’en ai pour au moins une bonne heure alors je décide de m’évader.

    • Je sens sa main m’enfourcher et je me rêve cheval galopant dans la forêt. Le matin la brume monte de la terre et s’élève dans les grands arbres jusqu’à atteindre la canopée. Quand elle me pose je redescends sur terre.
    • Puis elle m’embroche et les naseaux fumants je pars droit devant moi en taureau furax dans les rues à la suite d’une bande de furieux courant en poussant des cris. Je vais atteindre le dernier quand elle me remet sur mon socle. Je fulmine puis me calme.

    Alors que je pense en avoir fini. Que je pense pouvoir me reposer elle fait elle-même une petite pause. Le téléphone sonne

    C’est Julien son fils qui lui raconte sa journée :

    • Maman c’est super j’ai tiré à l’arbalète. Au début ce n’était pas évident puis après deux, trois essais je suis devenu un expert.
    • Bien mon chéri on en parle ce soir là je termine mon repassage. Bisous
    • Dac Mum

    Elle me remet sous tension et hop pour la suite.

    Et hop je m’évade

    • Je courre sur une plage de sable blanc. Au loin un train de touristes monte une côte : Tchou tchou tchou !!! …
    • J’escalade une dune et m’approche d’un banc où un vieil hypocondriaque cherche désespérément sur son smartphone l’adresse d’un médecin d’une pharmacie ; déclare à ses correspondants qu’il est très mal qu’il va faire un malaise même qu’il pourrait mourir.

    Si je reste là je vais déprimer. Elle vient de relâcher la pression. Elle quitte la pièce et je me retrouve seul. Je ne suis pas encore complètement revenu sur terre, enfin sur table. C’est alors que le son de la télévision me parvient et j’entends, éberlué :

    La girafe et l’éléphant s’éloignèrent vers le couchant, patte dans la patte.

    -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

    Je vous propose maintenant de refaire la même chose, soit d'écrire une page entre les mêmes phrases, le début devenant la fin et vice-versa et en plaçant dans l'ordre que vous voulez les mots algorithme, ecchymose et éden :

    Début : La girafe et l’éléphant s’éloignèrent vers le couchant, patte dans la patte.

    Fin : Le fer à repasser trépignait sur son support, envoyant des nuages de vapeur en direction du plafond.

     

    La girafe et l’éléphant s’éloignèrent vers le couchant, patte dans la patte. Ils rejoignaient la savane, ce bel endroit comme aurait pu l’être le jardin d’éden.

    Sur leur chemin ils croisèrent Tarzan qui se tenait la cuisse. Il portait plusieurs ecchymoses dues à une rencontre inopinée avec un arbre alors qu’il sautait de branche en branche. Il allait rejoindre Jane lorsqu’il fut distrait par une conversation insensée.

    Baloo expliquait à Kaa :

    • Je t’assure que c’est un algorithme je l’ai lu dans le livre de la jungle.
    • Un algorithme qu’est-ce que c’est ?
    • « Un algorithme est une suite finie et non ambiguë d’opérations ou d'instructions permettant de résoudre une classe de problèmes » source de Wikipédia.
    • C’est qui Will qui pédia
    • Wikipédia est une encyclopédie libre.

    Kaa allait répliquer lorsque Baloo soulé par les questions de Kaa part en chantant : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux …

    Dans une maison en Europe une femme rentrant de vacances s’installait devant sa table à repasser. Après une lessive et un séchage elle rangeait ses affaires de voyages.

    Mis sous pression le fer à repasser trépignait sur son support, envoyant des nuages de vapeur en direction du plafond…

     

    J'espère que cette fantaisie vous aura distrait

    Article programmé

     

    « Dimanche c'est QuyaDimanche c'est quya »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    8
    Jeudi 10 Juin à 10:16

    Quelle imagination ! Un livre écrit de cette façon là, pourrait être très agréable à lire ... même si des fois on est en plein délire ! ça nous changerait de cette triste actualité !

    Bonne journée l'amie Mounette et bises de la Bourgogne,

    Gilbert

    7
    Mercredi 9 Juin à 18:14

    Salut, Il faut avoir de l'imagination pour écrire un texte pareil. BRAVO

    J'applique les horaires d'été.

    L'article c'est le matin avant 10h.

    Faut prendre le temps de vivre alors grasse matinée .

    Bonne journée

    6
    Mercredi 9 Juin à 16:30

    Quelle gymnastique ! Si cela a pu te faire passer un bon moment, tant mieux.

    5
    danae
    Mercredi 9 Juin à 10:14

    Coucou Mounette, un vrai plaisir pour toi et nous de faire aller ton imagination dans l'écriture ! Bravo et bises

    4
    Mercredi 9 Juin à 10:05

    Bon, pas trop la tête à faire du texte, alors je me contente de lire ton billet, très intéressant ! Bisous.

    3
    jm:rober
    Mercredi 9 Juin à 09:21

    Bonjour Jacqueline ;

    Bravo !  pour cette belle page penchée sur l'imagination  

    bonne fin de journée

    Amitiés

    2
    Mercredi 9 Juin à 08:58

    Coucou Mounette

    Te voilà faire un exercice dont je suis incapable, question de patience sans doute, alors BRAVO !

    Bises savoyardes

    1
    Mercredi 9 Juin à 06:57

    Belle imagination Mounette, j'ai beaucoup aimé tes fantaisies, bravo 

    Les fenêtres sont grandes ouvertes pour laisser entrer le frais ce matin, la journée sera chaude ! Bises et bon mercredi, caresses à ma copine coquine qui semble avoir retrouvé l’appétit. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :