• Dimanche c'est chat et orgue

     

    Dimanche c'est chat

    Le copain d'Ondine vient la chercher pour jouer mais où est donc Ondine

    Dimanche c'est chat

    Ondine voit son copain sur le muret et demande à sortir. Les voilà face à face. ils resteront un bon moment sans bouger alors c'est moi qui bouge. Plus tard je les verrais se courrir après sur la place. Les photos sont rares.

    -*-*-*-*-*-*-*-*-* 

    Je vais vous parler de l'Orgue de l'église Saint-Guignier de Pluvigner

    Dimanche c'est chat

    J'y ai amené mes invités photos du 03/05/2019

    Quand je suis arrivée à Pluvigner en 08/2014 ville des mes racines maternelles on m'a parlé de ce projet

    Dimanche c'est chat

     Photo prise le 10/03/2018

    12/12/2014

    Après avoir réalisé une cinquantaine de chefs-d'oeuvre en France et en Allemagne, Rémy Malher s'apprête à ajouter celui de l'église Saint-Guigner. Depuis près de trois ans, il mobilise tout son savoir-faire pour réaliser un instrument dans l'esprit esthétique de la belle tradition baroque allemande.

    Trois claviers, 56 notes

    Ces dernières semaines, l'artisan s'est presque uniquement concentré sur les claviers, au nombre de trois. « L'orgue, c'est comme une cuisine avec des étagères, explique-t-il. Chacune correspond à un clavier. » Et à chaque niveau, la mécanique de notes est minutieusement installée. Comme dans presque tous les orgues allemands historiques, elle est réalisée avec des bras en cormier, un bois très dur. Pour les abrégés, « aucun axe n'est garni de feutre pour éviter les problèmes liés à l'usure », précise Rémy. Au final, l'étendue des claviers sera de 56 notes.

    Artisan et maître d'oeuvre

    Quand on a la chance de passer un peu de temps sur le chantier, on se rend très vite compte de la liberté créative qui anime Rémy Malher. « C'est le premier orgue dont je suis le maître d'oeuvre », répète-t-il avec un soupir qui en dit long. Ce « chef de chantier » a été remplacé par une collaboration très étroite avec Mickaël Gaboriau, l'organiste de Sainte-Anne-d'Auray. Ensemble, ils ont établi un cahier des charges très précis, qui laisse suffisamment de latitude au concepteur. « J'avais des idées musicales et je connaissais les instruments de Rémy », détaille Mickaël. Il passe régulièrement pour échanger sur l'avancée des travaux.

    Comme il y a 300 ans

    « C'est une vraie aventure humaine », affirme l'organiste. Énoncée au pied du monstre de 8,80 m, la parole prend toute sa valeur. Le génie de Rémy Malher est passé par là. « On a la chance de voir travailler un artisan comme il y a 300 ans », insiste Mickaël. Pour la tuyauterie de métal, les feuilles coulées d'épaisseur sont uniquement martelées. Avec le laminage à froid, ce sont des techniques ancestrales, « disparues depuis le XIXe siècle », déplore Rémy. Dans les jeux placés en façade, on trouve des alliages à 87 % d'étain, comme avec les facteurs d'orgue baroques. Les bois utilisés ont parfois plus de 50 ans de séchage naturel. Contrairement à la tendance actuelle, « ici, ce sera un objet de valeur », tranche l'artisan.

    Culte, cours et concerts

    L'instrument qui est en cours de montage est appelé à un bel avenir car « le lieu est bon », martèle Rémy Malher. Il servira pour le culte : un premier clavier pour soutenir le chant du célébrant, deux autres pour accompagner les réponses de l'assemblée. Doté d'une très large palette sonore, l'orgue pourra servir pour des concerts. Le Centre de musique sacrée de Sainte-Anne-d'Auray envisage de donner des cours sur cet instrument. C'est pour cela que les techniques employées par Rémy Malher obéissent toutes à la loi de la fiabilité. Nul besoin d'attestations en tous genres. Les garants de cette fiabilité, ce sont ses mains. « Cet orgue, c'est l'apothéose de ma carrière », assure le génial facteur d'orgues. Premières notes attendues pour Noël.

    Dimanche c'est chat

     

    22/02/2015

    Depuis deux semaines, le chantier de l’orgue est mené par David Capbern. Derrière un minois un peu frêle se cache un ouvrier aussi passionné que redoutable d’efficacité. 

    La présence de David Capbern au pied de l’orgue de Saint-Guigner est le fruit du plus grand des hasards. Après trois années passées avec les Compagnons du tour de France comme apprenti ébéniste, le Girondin est arrivé à Strasbourg. "Je cherchais du travail ", rappelle-t-il. C’est à ce moment que Rémy Mahler, le créateur et maître d’œuvre de l’orgue pluvignois, cherchait quelqu’un pour l’épauler. La première rencontre sera la bonne. "J’ai arrêté les Compagnons pour faire ce projet où j’étais déjà intervenu"

    Samedi après-midi en préambule aux voeux du maire, une centaine de personnes se sont réunies en l'église Saint-Guigner pour écouter un test de l'orgue réalisé par Mickaël Gaborieau, co-titulaire des orgues de la basilique de Sainte-Anne d'Auray et professeur à l'Académie de Sainte-Anne, en présence de Gérard Pillet et du facteur d'orgue Remy Mahler.

    Dimanche c'est chat

      

    15/01/2018

    Inauguration officielle en septembre

    « Certains l'appelaient l'Arlésienne ou le serpent de mer, explique le maire, dû au grand retard qu'a pris le chantier. Mais une oeuvre d'art cela se mérite et Mickaël n'hésite pas à comparer le facteur d'orgue à Michel Ange ou Léonard de Vinci ». « Si Pluvigner a de belles infrastructures sportives, jamais elles ne pourront accueillir un match de première division, par contre l'orgue sera un instrument qui fera partie de l'élite mondiale », insiste de son côté Mickaël. En effet, lorsque 40 tuyaux sur les 2.200 que compte l'instrument, ont commencé a sonné, un sentiment d'émotion a tout de suite été ressenti dans l'église. La donatrice, Jeanne Rosnarho, sans qui l'orgue n'existerait pas, aurait été fière et heureuse. Ce test est appelé « le Principal », explique l'artiste, c'est à partir de cela que l'on va accorder l'ensemble de l'instrument. Le public a pu monter voir de prêt le coeur de l'instrument et échanger avec Rémy et Mickaël. On attend avec impatience l'inauguration officielle qui devrait avoir lieu en septembre prochain.

    © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/morbihan/pluvigner/orgue-un-premier-test-emouvant-15-01-2018-11813695.php#DgilXzIHZ285TKVe.99

    Dimanche c'est chat

     

    A ce jour il n'est toujours pas terminé

    Promis le jour de l'inauguration je prend des photos et fais une vidéo pour vous le faire entendre

    A moins que cela tarde et que dans la précipitation je n'ai pas la patience d'attendre alors je le ferais jouer pour mon dernier voyage.

    L'église est à un jet de pierre de chez moi les oreilles d'Ondine frémiront

    « Florilège de mes escapades en famille (1)Florilège de mes escapades en famille (2) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    14
    Lundi 20 Mai à 18:44

    Qu'il est beau cet orgue, dans ma jeunesse j'ai eu l'occasion de jouer sur un tel orgue pour accompagner deux messes, c'est gravé dans ma mémoire

    13
    Jeudi 16 Mai à 13:20

    Un orgue c'est une oeuvre d'art . C'est aussi un savoir faire et c'est bien que ça se perpétue . Jolie rencontre entre Ondine et son copain .

    12
    Mardi 14 Mai à 18:37

    Les orgues m'impressionnent toujours.

    11
    Lundi 13 Mai à 15:11

    Ce fut un plaisir de découvrir cet article,

    un chat qui aime ma musique sans doute?

    Bravo pour cette superbe série de photos!

    Je vais mieux , mais je dois encore patienter!

    Passe une bonne semaine . Cordiales amitiés & à + yes

    10
    Lundi 13 Mai à 13:17

    coucou Océane , ah oui les minous  j'aime  miaou !!!  et les orgues  ça tu le sais  je les aime +++++++++++++++++++++++ !  merci pour tes photos   il  sera de toutes beautés !!  à voir +++  gros bisous  belle semaine  a+

    9
    Dimanche 12 Mai à 22:05

    Un orgue ! Mais c'est magnifique ! Quel travail !! Quelle entreprise pour une petite ville ! Et qui paie ? J'ai hâte que tu me le fasses entendre.

      • Dimanche 12 Mai à 22:33

        La donatrice, Jeanne Rosnarho, sans qui l'orgue n'existerait pas, aurait été fière et heureuse. 

    8
    Dimanche 12 Mai à 21:47

    Un travail admirable le plaisir des yeux avant celui de l’ouïe !

    Merci pour le partage

    7
    Dimanche 12 Mai à 20:01

    J'espère que l'originalité n'entachera pas la magie du son.

     

    Philippe.

    6
    danae
    Dimanche 12 Mai à 09:05

    Pluvignier monte en grade avec cet orgue extraordinaire. Attends un peu pour l'écouter avec tes oreilles et pas du haut du ciel ! Bises

    5
    Dimanche 12 Mai à 08:17
    Pastellle

    Très original cet orgue. Merci pour toutes les explications. 

    Et caresse à Ondine quand elle aura fini de jouer. :)

    4
    Dimanche 12 Mai à 06:11

    Bonjour Océanique , d' habitude je ne passe pas le weekend sur les blogs ! . Oui Ondine a un copain et bons clichés d' eux . J'aime cette orgue d' allure assez originale ! . Bon Dimanche , bisous , escapade , 

    3
    Dimanche 12 Mai à 06:06

    Alors là c'est la première chose que j'irai voir si je retourne un jour en Bretagne. J'ai pratiqué l'orgue durant plus de 30 ans et je suis grande fan tant des vieux buffets baroques ou pas que des orgues modernes. Ton article m'a passionnée et pour une fois c'est pas que "dimanche c'est chat" mais aussi "dimanche c'est musique et culture". Merci Jackie, bisous

      • Dimanche 12 Mai à 10:03

        Tu seras la bienvenue chez moi ...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :