• Au théâtre ce soir !

    Au théâtre ce soir !

     Photo du net

    Atelier d'écriture en télé-écriture animé par Cécile Mathias sur Lyon

    Je vous propose, à la manière d'Hannelore Cayre qui regardait les accidents de la route devant chez elle, assise comme si elle était au spectacle, de  commenter un événement (une dispute, une déclaration d'amour, un embouteillage, une agression…) comme si vous étiez au spectacle.

     

     Dans la soirée étouffante de ce 20 août je prends l’air à ma fenêtre. Il y a peu de monde dans la rue. Quelques promeneurs s’attardent avant de rentrer chez eux.

     

    « Espèce de pouffiasse approche si tu oses. »

    Je regarde à qui s’adressent ses mots tendres et qui les prodigue …

    « …

    - Tu crois que je ne te vois pas cachée derrière tes volets ? »

    Là les volets de la maison d’en face s’entrouvrent et une jeune femme apparaît.

    « Bonjour monsieur c’est à moi que vous offrez ce beau bouquet d’épines ?

    - Fais pas la maline tu ne m’impressionnes pas avec tes phrases alambiquées. »

    La jeune fille éclate de rire 

    « Allons biquet ne vous fâchez pas. Je ne vous connais pas et vous semblez me connaître.

    - Comment tu ne me connais pas. Tu m’as allumé toute la soirée en boîte samedi !

    - Je suis désolée monsieur mais je ne vais pas en boîte surtout par les temps qui courent ...eux.

    - Tu m’as donné ton adresse et ton numéro de téléphone et depuis tu m’ignores tu ne réponds pas à mes appels alors je suis venu pour te dire tout ce que je pense de toi pouffiasse. »

     

    Avec un tel vocabulaire je comprends qu’elle ne veuille pas entamer une conversation plus approfondie.

     

    « Fais pas ta mijaurée. Tu étais moins regardante l’autre jour.

    - Accordez-moi une minute et je descends voir quel olibrius j’aurais pu séduire.

    - C’est ça descends voir celui que tu appelais ton voyou des grands chemins.

     

    Et là, médusée, je vois arriver une jolie blonde un grand sourire illumine son visage.

    Son interlocuteur reste interloqué. Confus il regarde le fauteuil roulant dans lequel la demoiselle se déplace.

     

    « Je ne comprends pas, dit-il, vous n’êtes pas Marylou ?

    - Non monsieur Marylou habite sur la place Kléber, ici c’est la rue Kléber.

    - Putain ! Oh pardon veuillez m’excuser, je suis… 

    - Confus oui j’ai compris. Bonne soirée mes amitiés à Marylou.

    - Bons… oir. Merde merde que je suis con …

    - Fus », dit la jeune fille les yeux rieurs. 

     

    Parfois la rue vous offre un film plus amusant que la télé. Je ferme ma fenêtre.

    La touffeur de la soirée est encore présente je vais prendre une douche.

     

    Un défi un texte sortit tout droit de mon imagination. 20 minutes pour écrire puis ensuite peaufiner

     

    « Entrée dans l'automneDimanche c'est chat »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    7
    Mercredi 30 Septembre à 20:20

    Bonsoir Jacqueline. Bravo pour ce texte court et percutant. Bonne soirée et bisous

    6
    Lundi 28 Septembre à 14:10

    Un texte bien amusant, un joli jeu d'écriture. Bravo Mounette !

    5
    kinou
    Samedi 26 Septembre à 10:01

    Très belle histoire! Bravo

    4
    Vendredi 25 Septembre à 14:06

    Salut,

    Superbe cette histoire , et belle réplique de la demoiselle.

    Aujourd'hui c'est pluie pour tous on dirait.

    On en a pour plusieurs jours alors j'espère qu'à la télé il y aura de bons programmes.

    Bon week-end

    3
    Jeudi 24 Septembre à 21:25
    Tu as vraiment vécu cette scène ! Elle est incroyable... Merci du récit.
    2
    Jeudi 24 Septembre à 15:44

    Oh, quelle bourde ! Et mal embouché cet olibrius ... Bravo Mounette, c'est excellent !

    Bises et bon jeudi, caresses à ma copine coquine

    1
    danae
    Jeudi 24 Septembre à 14:14

    Un peu d'imagination et ça finit par amuser et ça fait du bien par les temps qui courent ! Bises amie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :