• A l'entrée du Golfe

    Voyez je suis la mouette

    Tournée vers l'océan

    Alors que la mère à l'enfant

    Attend le retour du marin inquiète

    Au coeur du Golfe

     Sur le sentier côtier

    La nature expose en tableau

    L'ocre rouge le ciel beau

    Et le tamaris décharné 

    Au coeur du Golfe

     ...

    Au coeur du Golfe

     A l'entour des maritimes pins

    L'océan danse la ridée

    Du Golfe agrémente l'entrée

    En ruban bleu faisant écrin 

    A l'entrée du Golfe

     

    La maison délaissée

    Se souvient du temps ...

    Où ses bassins dans le vent

    Brassaient les huîtres appréciées

    A l'entrée du Golfe

     

    ..

    A l'entrée du Golfe

     Maintenant le vent décoiffe

    Le ballot de foin indiscipliné

    Ou les ailes volantes de l'été

    Laissant dans l'air son paraphe 

     

    Des photos quelques mots ... a bientôt

     


    24 commentaires
  • JALOUSIES EN GOUILLOUSE

    De LES SCRIBES DE LUGDUNUM

    Où l’on découvre l’Ardèche des années 60 à travers l’histoire singulière d’un village perdu entre le Moyen Âge et la vallée de la Gouillouse.
    Personnages emblématiques et rumeurs dérangeantes nourrissent l’intrigue qui se tisse autour de la disparition, il y a déjà bien des années, de Pierrette, une adolescente gardienne de chèvres.
    Accident ? Fugue ? Enlèvement ? Meurtre ?
    Un ancien journaliste devenu écrivain et son chat se chargent, avec une bonne dose d’extravagance, d’explorer les mystères du passé et d’en démêler les conséquences souvent imprévisibles, jusqu’à la révélation finale…
    À prendre ou à lécher !

    Les SCRIBES de LUGDUNUM

    Sous ce pseudonyme et avec les aimables conseils de Cécile Mathias, biographe, les auteurs de ce roman, six amis lyonnais, produisent depuis une dizaine d’années des œuvres de toute nature : romans, feuilletons, théâtre, contes, nouvelles…

    Patrick Baufils – Philippe Clavel – Jacqueline Guéret
    Jacques Lefebvre – Catherine Pessin – Roger Piesse

     

    Cette fois-ci je me mets en scène en vous proposant ce roman dont j'ai écrit le personnage du Chat (j'ai toujours rêvé être le chat de l'écrivain) et du facteur Amédée ...

    http://www.bordulot.fr/detail-jalousies-en-gouillouse-275.h…

     

    Avant-propos

     

    C’est une histoire bien mystérieuse que j’ai décidé de raconter ici, une histoire dont je ne connais pas vraiment le début et ignore encore la fin. Cette histoire est-elle vraie ? J’en suis convaincu, mais si les règles de la syntaxe me l’avaient permis, j’aurais plutôt  écrit « je suis convaincu que cette histoire est vraies ».

    J’entends ce que les habitants d’ici me disent, je les connais, ils me connaissent, je les crois sincères pour la plupart. Je perçois également ce qu’on ne me dit pas, parce qu’on l’a oublié ou voulu l’oublier. Les silences, eux aussi, sont éloquents, comme le sont les regards, les moues ou certains sourires. Je sais bien, en entreprenant ce travail d’investigation, que la mémoire et l’imagination sont des demi-sœurs ayant pour père commun Monsieur Réel et pour mères, des cousines éloignées, Madame Discrétion et Mademoiselle Esbroufe.

    Le lecteur de ces lignes pourrait trouver ces propos quelque peu cabotins sous la plume d’un écrivain connu, lauréat du prix des EPIS D’OR. Mais point d’écrivain ici, c’est plutôt l’ancien chroniqueur judiciaire du Progrès de Lyon qui s’exprime. Point de lecteur non plus. J’ai décidé d’écrire cette histoire à ma seule destination pour retracer de la façon la plus fidèle possible mes conversations passées et à venir avec les protagonistes de l’affaire ou leurs proches, analyser faits et témoignages, décrypter les relations complexes qui régissent des gens somme toute normaux afin de tenter de savoir ce qui s’est réellement passé il y a 30 ans et de comprendre pourquoi ces événements fossiles imprègnent encore autant, à son corps défendant, la vie de ce petit village ardéchois que j’ai adopté, ou qui m’a adopté, je ne sais plus très bien.

    J’atteste donc et Carolus, mon chat en est témoin, que tout ce qui suit est vrai parce que je l’ai inventé, comme un aventurier invente un trésor enfoui depuis des lustres sous les décombres du passé.

    Germain Lherm                     

                           Jaloux en Gouillouse, ce 28 novembre 1962

    Je me présente : Carolus. Comme vous le dit Germain... je suis son chat... parce que je l'ai choisi. Je suis curieux de tout. Mais ne vous y trompez pas je ne suis pas une bête curieuse, non un chat normal d'ailleurs ma photo en atteste. Au premier contact, enfin peut-être pas tout de suite... Germain n'aurait peut-être pas voulu d'un compagnon miaulant ; mais, je disais quand le contact a été établi nous avons compris qu'il y aurait entre nous une sorte de télépathie un accord presque parfait. Il écrit, questionne et moi je divague au gré de mon inspiration, j'observe en catimini, critique et lorsque nous nous retrouvons, je saute sur ses genoux ou me frôle contre ses jambes et le message passe.

    Alors il prend sa  et noircit sa page. Je ne porte pas de jugement sur ce que je relate, je dis ... le penseur c'est Germain. Alors si parfois je suis fantaisiste c'est que je ne suis qu'un chat ... Le Chat de l'écrivain.

     

    Je vous laisse déguster sans modération

    Si vous ne voulez pas encombrer vos bibliothèques il est aussi proposé en Version eBook

    A bientôt

     


    36 commentaires
  • La Ria

     

    La Ria

     

    La Ria

    La Ria

      

    La Ria

     

    Voyez comme elle est belle

    La rivière d’Etel

     

    Venue de l’océan sauvage

    Elle force le barrage

    Comme voulut le faire Bombard

    Défiant la célèbre barre

     

    Puis tout en douceur elle investit

    Les terres et les prairies

    Elle s’étale

    S’installe

    S’apaise

    Prend ses aises

     

    Joue à cache-cache guillerette

    Cherchant la petite barquette

    Accueillant dans ses îlots

    Une multitude d’oiseaux

     

    Et cerise sur le gâteau

    Sertie dans ses eaux

    La petite maison de Saint Cado

    Mille fois prise en photo

     

    Voyez comme elle est belle

    La Ria d’Etel

     

     

    Quelques photos ... des mots

    A bientôt 


    24 commentaires
  •  

    Remonter la rivière jusqu'à sa source

    ou 

     S'embarquetter

    J'ai choisi de marcher

     

    Le blavet

     

    J’écoute chanter le silence

    Mes pas donnent la cadence

    Le tapis de feuilles atténue

    Le rythme. Bruissent les feuillus

     

    Le cri perçant d’un cormoran

    Trouble l’harmonie un instant

    La barque immobile se mire

    Reflets de l’onde, elle s’admire

     

    Sereine descend la rivière

    Pour se jeter dans la mer

    Vers Lorient et le ponant

    Assister au soleil couchant

     

    Quand du courant le dévers

    En élan fait sauter la rivière

    Bouillonnante elle s’amuse

    Juvénile d’écluses en écluses

     

    Les mots deviennent inutiles

    Les maux semblent bien futiles

    Mes pensées alors légèrement

    Volent sur les ailes du vent

     

    J’écoute du silence le chant

    Au rythme de mon cœur battant

    Le ciel se met en harmonie

    M’ouvre son immensité d’infini

     

    La rivière descend doucement

    Plonger au cœur de l’océan

     

    Décembre 2014

     

    Une amie Lyonnaise vient me voir je serai absente quelques jours

     


    19 commentaires
  • Boire ... Oui mais !

     

    En revenant de Lorient

    Les poches vides mais l'or de ton regard riant

    J'étais d'humeur ludique

    En débarquant à Locmiquélic

    Tu m'as dit entre nous tout est terminé

    Alors j'ai bu me suis pinté saoulé

    Tout en élégance

    A l'alcool faire allégeance 

    Boire ... oui mais 

    Dans un verre à pied

     

    Bon mois d'août

     

    Je rassure les âmes sensibles ce n'est pas moi qui ai bu 

    Un verre qui traîne une photo des mots ...

     

    Je ne bois pas seule dans la rue en laissant traîner mon verre !!!

     


    24 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires