•  

    Photo du net

    Le Ginkgo est un arbre, mais pas n’importe lequel : il s’agit de la plus ancienne espèce d’arbre encore en vie à ce jour sur terre, ce n’est donc pas un hasard s’il est souvent qualifié de « fossile vivant ». De la famille des Ginkgoacées, il peut atteindre 50 mètres de haut et vivre jusqu’à plus de 3500 ans. Du chinois Gin-Kyo « abricot d’argent » [ndr : en référence aux reflets argentés de ses fruits de la même taille et couleur que ceux d'un abricotier], et Biloba « à deux lobes », on le reconnaît facilement grâce à ses feuilles en forme d’éventail. Attention toutefois, le fruit du Ginkgo n’est pas comestible (il peut même être toxique), seule l’amande qu’il contient peut être mangée.

     

    Une amie Guylaine m'a donné à la fin de l'automne un bébé Ginkgo. Il a passé tout l'hiver dehors emmailloté. Lorsque les gélées se sont avérées terminées je l'ai mis sur ma petite table de jardin, puis dans un grand pot. Quel bonheur de le voir grandir chaque jour. La semaine dernière ce n'était qu'un petit bourgeon minuscule. 

     

    Quelques problèmes dus à mon pourvoyeur de télé tel. et Web (mais pour moi rideau) m'ont tenue éloignée des blogs merci à mes fidèles lecteurs d'être venus spontanément je ne vous oublie pas.

     

    J'arrive ....

     


    18 commentaires
  • Mon Chemin de Compostelle - 4

     18 mai – Aumont d’Aubrac – Aubrac (36 km)

     L’Aubrac, belle région, avec ses champs de jonquilles, de narcisses, de
    violettes, ses vaches blondes aux yeux comme maquillés de rimmel, est assez désertique. Les grandes étendues de pâturages sont délimitées par des

    Mon Chemin de Compostelle - 4murets. Comment sont venus se planter ces blocs de pierre alignés ?. Les pèlerins qui sont passés la semaine précédente ont eu droit à la neige. Nous avons la chance d’avoir beau temps.

    Mon Chemin de Compostelle - 4

      

     

     

     

     

      

    Nous ne savons pas si le bourricot qui accompagne un pèlerin est de cet avis.

    Il met tout son entêtement à ne pas vouloir passer les ruisseaux. Il faut lui taper sur la croupe tout en tirant sur le licol. Alors il démarre

    Mon Chemin de Compostelle - 4 

    Souvent à cause de nous qui ne sommes pas grands et de sa difficulté à monter les côtes, Jacqueline est en arrière. Son obstination à aller jusqu’au bout est son moteur et lorsque Michel doute  qu’elle et nous avec soient capables d’y arriver, elle ravale ses larmes, perd un peu de son assurance mais continue car tant que nous sommes vaillants elle y croit. Nous cheminons (parce que nous sommes sur le Chemin et non parce que nous flânons) car croyez-nous pas question de traîner, il faut suivre ces cinq gaillards, très prévenants

    - mais pas trop n’en faut - comme dit  sa fille   

     

           Mon Chemin de Compostelle - 4 

           
    Nous traversons des plateaux désertiques jusqu’à ce qu’apparaisse la vallée du Lot. Nous longeons des ruisseaux et nous nous embourbons, parce que Jacqueline suit  Ph. 
    Elle râle toute seule surtout lorsqu’elle s’aperçoit que les autres sont passés dans des endroits plus secs. La descente en douceur sur Aubrac lui amène plus de sérénité.   

     

       Mon Chemin de Compostelle - 4     


    Il a été décidé de s’arrêter à la Grange du Pèlerin à Aubrac. Mais avant, désaltération au restaurant, bière pour tout le monde. Dîner sur place et découverte de notre gîte. C’est une grange qui sert d’atelier à une artiste. Des ballots de foin sont à disposition. Il faut étaler le foin, mettre duvet, couverture ou ciré dessus et dormir. Dormir, oui, mais nous avons froid. Elle cherche comme dans la crèche la chaleur humaine en s’approchant de son voisin. Elle dort siur le ciré jaune. Le lendemain matin elle constatera qu'elle l'a éjecté de son carton isolant ! Elle n'a pas bien dormi pour autant.

     

    A suivre ....

      


     
     


    27 commentaires
  •   

    Mon Chemin de Compostelle - 3

     

    16 mai– Monistrol-d’Allier – Le Domaine du Sauvage (35km)  

    La deuxième étape prévue par F. qui avait tout préparé devait s’arrêter à Saugues (13 km) en plein pays de la bête du Gévaudan dont une sculpture accueille le visiteur à l’entrée qui surplombe la ville.

    Mon Chemin de Compostelle - 3

     L’étape débute par une montée assez raide jusqu’à la chapelle de la Madeleine; chapelle troglodyte du 17° siècle. 

    M., A., F. et P. eux, allaient au Domaine du Sauvage (ferme Templière à 35 km). Jacqueline dit à Ph.

    -  on y va -

     Nous y sommes allés. Tous les pèlerins vous parleront de l’arrivée au Sauvage. Le ruban de chemin long, long, long avec en point de mire au loin (2km) : le domaine  

    Nous  arriverons, épuisés, déboussolés. Et puis miracle : une bonne douche et la fatigue s’envole. Cet état de grâce se renouvellera chaque soir. Quelques provisions achetées sur place font le repas. La nuit en dortoir, ne pas oublier les bouchons d'oreilles !!! 

      

      

      

      

    17 mai – Le Domaine du Sauvage – Aumont d'Aubrac (26 km) 

     

    En quittant le Sauvage nous trouvons sur le chemin la chapelle Saint Roch.

     Mon Chemin de Compostelle - 3

    Saint Roch alors qu’il était blessé fut assisté par un chien qui déroba un pain chaque jour à son maître d’où l’expression pour deux êtres inséparables : 

     Saint Roch et son chien

     

    Mon Chemin de Compostelle - 3

    Etape suivante : La Ferme du Barry à Aumont d’Aubrac en passant par Saint Alban-de-Limagnolle (St Alban célèbre martyr Anglais du III° s). C’est sous sa protection que se placent les moines cisterciens de la Chaise-Dieu qui construisirent un monastère en Limagnolle dont il ne reste plus rien.

    Au XII°s sur d’anciennes fortifications un château est érigé par les seigneurs d’Apcher. Puis les marquis de St Alban l’embellissent d’un portail principal et d’une magnifique cours Renaissance. Aujourd’hui il abrite un hôpital et l’office de tourisme. Nous faisons quelques courses. Après un arrêt à l’ombre d’un arbre pour partager notre déjeuner sur l’herbe, nous quittons la Margeride pour entrer dans l’Aubrac.

    Nous y sommes avec des ampoules. Eux, Ph. et Jacqueline mangent l’aligot au grand dam des autres qui se font la cuisine. L’aligot plat régional de l’Aubrac était le plat de résistance du pèlerin du Moyen-âge.  Une australienne les fait rire par son aplomb, son goût pour le vin français et son ennui à dormir seule.

      

    A suivre .....

      


    25 commentaires
  •    

    Mon Chemin de Compostelle - 2

     

    15 mai - Départ du Chemin : Le Puy en Velay – Monistrol-d’Allier (29km)  

     

    Le Puy en Velay est le départ d’un des 4 chemins de Saint Jacques de Compostelle en France : la via Podiensis. Les trois pèlerins posent leurs sacs pour la nuit au Grand Séminaire, puis prennent contact avec les lieux : la cathédrale de la Vierge Noire et le Rocher Corneille où culmine la statue de Notre-Dame de France.

     

    L’Association Jacquemine d’Accueil des Pèlerins leur permet autour d’un verre de côtoyer d’autres pèlerins venus d’horizons différents. Une nuit en mini dortoir, la messe, la bénédiction des pèlerins puis la marche commence à la sortie de la cathédrale par une montée qui s’avère ardue, la suite du chemin nous prouvera que ce n’était qu’une mise en jambe. Elle est pourtant fatale à F. qui abandonne à neuf kilomètres du départ pour cause de santé. Le cœur déchiré mais consciente que son Chemin ne fait que débuter, avec Ph. elle repart.

     

    Première rencontre au détour d’un chemin : des jeunes filles nous proposent un café et devisent aimablement sur leur projet ; avec l’argent récolté, elles organisent un bout de chemin pour les jeunes du village.

    Mon Chemin de Compostelle - 2

     Mon Chemin de Compostelle - 2 

      

      

      

      

    Après la chapelle de Rochegude l’étape se termine par une descente vertigineuse sur Monistrol-d’Allier. Avant : un arrêt casse-croûte à Montbonnet et passage à Saint-Privat d’Allier dominant les gorges de l’Allier.

     

        

    La première rencontre du groupe des 6 qui se formera plus tard se passe à l’hôtel des Gorges de Monistrol-d'Allier.

     

    A suivre .....

     

     


    27 commentaires
  •   

    Dans mon jardin il y a des oiseaux du ciel

     

    Le chat roux est venu boire mon eau

    Puis m'a tourné le dos

     

    Quelques fleurs

    Pour la couleur

      

    Je vous souhaite un bon dimanche ensoleillé

     


    19 commentaires