• 19-12-2005 dans le Haut Languedoc De Lodève à Castres anorak en plumes d'oie et sac à dos  :

    une semaine sur le Chemin d'Arles

     

    Je vous souhaite un bon dimanche de Pâques 

    Un peu d'humour par ces temps pluvieux et frisquets

      


    16 commentaires
  •  

     

    Dans l'imaginaire (avec humour)

     

    Non, ne pleurez pas ! Ce n'est pas triste, c'est la vie. Vous saviez pourtant que cela devait arriver. 90 ans ... j'ai envie maintenant de marcher sur la Voie Lactée. De  partir à cheval sur la Grande Ourse à la rencontre de l'Etoile Polaire et au petit matin de m'évanouir en plein soleil. Puis revenir le soir au crépuscule vous dire un petit bonjour, juste là près de Venus. Vous ne me verrez pas mais je serai pour vous toujours présente.

     

    Je vais vous dire un secret ... Approchez-vous ... plus près ... J'ai toujours regretté de ne pas avoir rencontré le Grand Léo, de n'avoir jamais assisté à un de ses concerts. Il m'aurait été pourtant facile de le faire, mais je n'ai pas pris la peine de réaliser ce rêve. Surtout j'aurais voulu le côtoyer dans sa vie de tous les jours. Mais il est parti vivre en Italie. Pas aisé.

     

    Il avait une grande gueule, un charisme. Un peu anar ... un peu ... beaucoup même, et c'est ce qui me séduisait. Il a chanté les grands poètes : Verlaine, Rimbaud, Aragon. Controversé, souvent interdit, quelquefois aimé et trahi, il était atypique. Alors j'espère que je vais le découvrir au détour de la Voie Lactée, sa crinière blanche flottant dans le bleu du firmament, rugissant contre tous ces engins que nous envoyons dans l'espace pour explorer. Mais explorer quoi !!! N'aurons-nous pas le temps de le faire lorsque nous franchirons le Grande Porte. Porte ouverte sur l'au-delà.

     

    En attendant prenez bien soin de vous et comme moi, arrivez à la fin du voyage, heureux du temps passé même s'il a ses vicissitudes, ses ronces et ses épines. Tenez, prenez un mouchoir dans la boîte que mon adorable arrière-petite fille a décoré pour moi et faîtes bonne figure, souriez. Oui je sais, ce n'est pas facile. Je suis passée par là, moi aussi, lors du départ de ceux dont c'était l'heure et de ceux qui nous ont quittés trop vite. Regardez le petit dernier qui joue au pied de mon lit en babillant, il est mon éternité, ma descendance.

     

    -Oui Léo, j'arrive. Encore quelques instants pour faire mes adieux, pour rassurer, pour sécher les larmes ... encore quelques minutes.

     

    Et vous qui me lisez ... souriez !

     

    "Le début ..... de l'hitoire" et "Dans l'maginaire" sont des textes écrits en atélier d'écriture en 20mn

    Dans le 1er : racontez le début d'une histoire

    Dans le 2ème : imaginez dans 30 ans votre rencontre avec un personnage connu vivant ou non.  


    24 commentaires
      • Le début .... de l'histoire

               

            Le Début ........... de l'histoire

         

        Imaginez ... Rien ... bien sûr votre imagination ne peut concevoir ... rien. Car rien n'est pas concevable. Pour vous aider je vais vous mettre sur la voie.

         

        Le Néant ... mais avec une toute petite poussière d'étoile. Si petite qu'en la regardant vous vous dites : il n'y a rien. Puis le choc ... Une deuxième poussière ... Boum, télescopage. Deux fois rien et l'histoire commence.

         

        Je ne vais pas vous narrer l'ultime seconde de la naissance de l'univers, d'autres l'ont fait avant moi, beaucoup mieux que je ne saurais le faire. Non ! Je vais vous raconter le début de la vie. Celui où ...

         

        Il était une fois. Parfois une fois ne suffit pas, mais relevons le défi, où la rencontre est si intense, l'amour si fusionnel, le désir si fougueux. Quand on aime on ne compte pas.  

        Les scientifiques diront

        - Rencontre du deuxième type" (Ah bon, qui était le premier?): un spermatozoïde féconde un ovule. Les jardiniers élucubreront : papa a planté une petite graine.

        Les romantiques, les pragmatiques, les idéologues, les philosophes ... Chacun y va de sa théorie.

        Moi, la théorie ne me passionne pas, je suis un doux rêveur qui de rien vous ébauche un tout.

        Mais n'allez pas croire que le grand boum soit le résultat d'une situation facile, idyllique : c'était lui, c'était moi, il ne pouvait en être autrement, nous étions fait l'un pour l'autre. Non ! 

        Faites à nouveau travailler votre imagination. Elle, au cœur de tout, attend. Eux, des milliers sur le pied de guerre. Elle donne le signal, envoie des messages, dit " je t'attends, toi, l'élu". 

        Eux trépignent, s'élancent, se bousculent, s'écrabouillent, partent trop tôt et dépérissent, meurent de désespérance. Il arrive que, fringuant, fier, prêt à la conquête, il s'aperçoit qu'il a fait tout ça pour rien, elle a quitté la scène. C'est une lutte sans merci, à qui franchira le premier tous les obstacles.

        Seulement il ne faut pas arriver flagada. La belle veut le roi de la fête vigoureux, en pleine possession de ses moyens. Pour espérer être choisie, la petite graine qui sera rose ou chou, commence par se conduire en samouraï. La route est longue avant la sortie du tunnel. 

        Tu pars têtard, tu dois être au rendez-vous comme une petite grenouille, accrochée au sein de sa mère, après avoir quitté l'Enceinte de la Maternité ... Neuf mois plus tard ... 

       

        

    Publié dans - Retombées d'enfance -


    29 commentaires
  •  

    Semaine de la langue française et de la francophonie

    du 16 au 24 mars

     

    Les dix mots

    Atelier - Bouquet - Cachet - Coup de foudre - Equipe - protéger - - Savoir faire - Unique - Vis à vis - Voilà 

    Trois mots d'Albert Camus

    Chute - Changer - Noces

     

    Ecrire une histoire en prenant les mots dans l'ordre

     

    Dans son atelier, Christian le menuisier, voulait faire un bouquet avec un cep de vigne.

     

    Sur le socle en châtaignier il apposerait son cachet.

     

    Elle était entrée, leurs yeux s'entrechoquèrent, un véritable coup de foudre.

     

    Avec son apprenti, Christian; formait une belle équipe, dont il voulait protéger le savoir faire unique,

    vis à vis de la clientèle et des confrères. 

    Voilà 

    dit la belle dame en scrutant la chute d'un copeau je voudrais vous la changer contre les noces barbares d'une rose et d'un chardon. 

     

    Si vous aimez les belles chutes et le beau travail du bois voir

    http://menuiserie-montner.over-blog.com/

     

     

      

     


    30 commentaires
  • La souris

    Elle est venue un beau matin

    Grimpant

    Allégrement

    Le long du tronc de l'arbre nain

    Tout d'abord intrigée

    Ce n'est pas un oiseau ...

    Les mésanges volent !

      

    Alors je l'ai vue

    Installée dans la mangeoire

    Comme au réfectoire

    Sans complexe

    J'ai capté le petit animal

    Qui aussitôt c'est fait la malle

    Quand je suis sortie

    Pour mieux cadrer la souris

    Elle revient régulièment

    Seulement quand le chat est absent

      

    Février 2013

     

     


    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires