•  

     

     

    Séquoia

     

    Venant tout droit des Amériques 

    Traversant les airs sur l'aile du vent 

    Tu es venu agrémenter ce domaine.  

    Côtoyant cèdres, pins, hêtres et chênes 

    Des arbres de ce parc tu es le plus grand  

    De toutes ses essences tu es unique. 

     

    Tu m'as séduite un jour de juillet 

    Beau majestueux centenaire 

    La tête dans les nuages  

    Plus haut que les étages  

    Tu as belle prestance, fier  

    Installé dans la haie de mon jardinet 

     

    Si du soleil parfois tu fais barrage 

    Ton ombre calme ses ardeurs 

    Les oiseaux chantent à tue-tête 

    La neige te fais un habit de fête 

    Les chats cheminent en douceur 

    Perdent leurs repères : naufrage.

     

     

     

    Bel arbre venu des Amériques 

    Près de moi tu es unique

     


    32 commentaires
  •  

    Dimanche c'est chat qui devient loup

     Photo du net

     

    J'irai marcher dans la forêt

     

    J'irai masquer ma déception

     

    J'irai cacher ma blessure

     

    J'irai hurler avec les loups

     

    Je deviendrai loup solitaire

     


    16 commentaires
  •  Hiver 

     

    Sur le macadam ... flip, flop, tombe la pluie ... 

    La neige pose son blanc manteau d'hermine, 

    La terre s'endort doucement sans bruit, 

    Pour les oiseaux pas la moindre vermine.

     

    Les grands arbres revêtent leur parure,

    Les charmilles se parent de diamants,

    Les ruisseaux prennent la posture, 

    Sous des miroirs étincelants 

     

    Un lièvre surprit laisse sa trace 

    Sur la prairie immaculée, 

    Le vent aussitôt efface 

    Le passage de l'affolé. 

     

    Au loin un chien aboie, 

    Seul le silence lui répond. 

    La nature reste sans voix, 

    Le ciel se noie dans l'horizon. 

     

    Sortant en volute des cheminées, 

    La fumée s'élève au firmament. 

    Est-ce en signe de Paix ?

    En gage d'apaisement !

     

    La neige tombe sans bruit 

    Volant parfois une vie ..

     


    35 commentaires
  •  

    Coup de gueule

    Photo du net

     

    Coup de gueule 

     

    A tous ceux qui sans complexe 

    Se sont servis de leur sexe, 

    Pour leurs fantasmes, assouvir, 

    Sachez que je puis vous haïr.

     

     

    Vous, qui par vos coupables pulsions, 

    Avez mis en état de soumission 

    Des enfants en pleine innocence,

    Pour vous, je n'ai aucune indulgence

     

     

    Vous, enfants victimes d'outrage,

    Il vous faut beaucoup de courage 

    Pour effacer de vos corps la salissure 

    Car jamais ne se referme la blessure 

     

    A tous ceux, qui sans complexe 

    Mènent leur vie loin du contexte 

    Du mal qu'ils ont un jour fait subir 

    A ces vies sacrifiées à en mourir 

    Vous êtes cause de désespoir 

    De ces peurs d'aimer et de croire. 

     

    Vous, dont l'enfance fût entachée 

    De soumission, d'abus d'autorité 

    Vous n'êtes en rien coupable, 

    Seul l'adulte est responsable, 

    Même si à l'âge des expériences 

    Vous avez ressenti l'attirance.

     

    Pour tout le mal que tu as fait 

    Sache qu'à jamais je te hais 

     

    Jacqueline juillet 2010

     

    Fait écho à la barbarerie actuelle

    Texte non autobiographique

     


    30 commentaires
  • Haïti

     Photo du net

     

    Haïti 

    C’était au temps passé
    La nature chatoyante
    Les arbres flamboyants
    Les hommes et les femmes
    Sur le champ se courbaient.


    Heureux êtes vous ceux
    Dont les yeux ont contemplé
    Un présent
    Qui n’est plus que passé
    Quel avenir dans le futur
    Pour les jeunes générations!!!
    Heureux sont qui ont vu …
     

     

    Souvenez-vous c'était le 12 janvier il y a 3 ans 

    Le poète ne juge pas ... il dit

     


    24 commentaires